vendredi | 23 sept. 2016

Retour sur le Tour de Corse 2015

Nous débutons à nous pencher sur la prochaine étape du Championnat du Monde des Rallyes, le Che Guevara Energy Dring – Tour de Corse (29 septembre – 2 octobre). Pour lancer ce compte à rebours, nous commençons par la rétrospective de la précédente édition, qui avait vu Jari-Matti Latvala triompher de conditions climatiques extrêmes.

Vendredi 2 octobre

Elfyn Evans avait été le premier leader, au terme d’une première étape lessivée par les pluies torrentielles. Le Gallois remporte ainsi la dernière spéciale au volant de sa Ford Fiesta RS WRC, passant de la sixième à la première place, 18’’7 devant un autre pilote surprenant, Kevin Abbring (Hyundai). Jari-Matti Latvala (Volkswagen) prend la troisième place.

Plus de 24 heures de fortes pluies ont changé le visage des spéciales corses. Des torrents d’eau se sont déversées sur les routes, des rivières improvisées noyant le parcours à emprunter sur l’île de la Méditerranée. La première spéciale près d’Ajaccio a été disputée sans interruption mais, quand le rallye s’est déplacé vers le nord et Corte, les conditions se sont empirées et la deuxième spéciale a été annulée, les conditions dantesques ayant ramené des débris sur la route.

La troisième et dernière spéciale est restée au programme mais les conditions étaient toujours incroyablement difficiles. Les pilotes ont dû se battre entre eux mais aussi contre les éléments, l’eau, la boue et les routes endommagées. Le fait de réussir à surnager était déjà une belle récompense pour les pilotes. Evans a su tirer son épingle du jeu pour mener un rallye WRC pour la première fois de sa carrière. Il a reconnu sa surprise. Abbring aussi, qui a beaucoup gagné dans la dernière spéciale, un deuxième chrono lui ayant permis de grimper du septième au deuxième rang. 

Latvala a adopté une stratégie plus prudente au volant de sa Volkswagen Polo R WRC, devançant la DS 3 WRC de Mads Østberg de 15’’9. Robert Kubica a partagé la première place avec Sébastien Ogier après la spéciale d’ouverture mais n’était pas très heureux avec les réglages de sa Fiesta RS WRC. Il a terminé la journée de vendredi à la cinquième place. Ogier a d’abord été retardé par une crevaison, puis a abandonné ensuite sur un problème de boite de vitesses.

Dani Sordo a également connu des soucis, ayant perdu deux minutes après avoir tapé une pierre et avoir crevé. Thierry Neuville a dû se retirer aussi, le Belge ayant tapé un pont dans le premier chrono.

Samedi 3 octobre

Latvala a su se relever d’un problème de boite de vitesses pour se placer en tête de peloton à l’issue de la deuxième étape, devant Evans. Le Finlandais a dû changer son système de changement de vitesses manuel pendant la dernière spéciale mais a su conserver une avance suffisante avec 2 secondes d’avance.

Les averses ont forcé les organisateurs à annuler la spéciale d’ouverture de la journée. Mais Latvala s’est envolé dans le secteur suivant pour réduire l’avance du Gallois de 22’’9 à 1’’7, avant de prendre les commandes dans le chrono suivant. 

Le mauvais temps de la veille avait été remplacé par les rayons de soleil. Au volant de sa Polo R WRC, Andreas Mikkelsen est remonté de la septième à la troisième place. Il était à 30’’8 de la première place, et 22’’8 devant Kris Meeke, qui lui est passé de la huitième à la quatrième place au volant de sa DS 3.

Abbring a chuté au cinquième rang après un mauvais choix de pneus, et une approche un peu prudente. 

Dimanche 4 octobre

Un an après avoir enregistré sa première victoire en WRC sur asphalte, à l’occasion du Rallye de France en Alsace, Latvala a réédité l’exploit, cette fois-ci en Corse.

Il est devenu le deuxième Finlandais à s’imposer sur l’Ile de Beauté, qui a réussi à repousser le Gallois à 43’’1.

Evans a réussi à tenir Mikkelsen à distance, égalant son meilleur résultat en carrière, avec une avance de 3’’2. Le pilote Volkswagen était en route pour arracher la deuxième place mais un dernier effort a permis à Evans de rester devant.

Meeke est resté en dehors des ennuis, terminant quatrième devant Hayden Paddon. Le Kiwi a su compenser son manque d’expérience sur asphalte pour revenir de la quinzième place, reprenant Østberg à l’approche de l’arrivée. 

Video

More News