vendredi | 14 juin 2019

ES2/3 : Double scratch pour Suninen

Teemu Suninen a remporté les deux premières spéciales du vendredi matin pour s'emparer de la tête du Rally Italia Sardegna.

ES2 & ES3

ES2 - Tula (22,25 km)
Les changements de rythme font que les pilotes peuvent y faire la différence. Le parcours commence sur des routes à vitesse moyenne avant de devenir plus rapide et de retrouver un rythme normal sur la fin. La surface est parfois sableuse avec de l'herbe au milieu de certaines pistes. Marquée par des portions sinueuses, de gros sauts et des compressions, elle traverse aussi un parc éolien. Si son tracé est pour l'essentiel identique à l'an dernier malgré quelques ajustements mineurs, elle reste l'une des spéciales les plus difficiles de ce rallye.

ES3 - Castelsardo (14,72 km)
Après un début de parcours étroit et technique dans des landes, Castelsardo passe de la terre au goudron pour 1200 mètres à mi-chemin. Après une série de petits sauts et compressions, elle change de caractère au passage d'un tunnel. Une forte montée en épingles sur une route rocailleuse, rude pour les pneus et les transmissions, mène au final où la surface est compacte et des ornières creusées l'an passé sont toujours présentes.

Associé pour la première fois à l'expérimenté Jarmo Lehtinen, Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) a pris l'ascendant sur le leader Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) en signant le meilleur temps dans Tula avec 4''8 d'avance sur son équipier Elfyn Evans (Ford Fiesta WRC).

Le Finlandais a remis le couvert dans Castelsardo, 1''7 devant Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC) pour le reléguer à 10''6 au classement général avec deux spéciales encore à disputer dans cette boucle matinale.

Teemu Suninen et Jari-Matti Latvala se sont toutefois laissés tous les deux surprendre par un virage à gauche piégeur dans Castelsardo.

« Après la compression, il y avait une courbe à gauche très glissante qu'on a failli manquer », a expliqué Jari-Matti Latvala. « Par chance, j'ai réussi à maintenir le moteur en marche et on n'a perdu que quelques secondes. »

Elfyn Evans se retrouve troisième à 1''4 du Finlandais. Le Gallois s'est classé cinquième dans Castelsardo après avoir signé le deuxième meilleur temps dans Tula, mais il semblait peu satisfait de ses freins. Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) le suit à 3''4 malgré une crevaison à l'arrière gauche.

Des conditions chaudes et sèches ont contraint les premiers sur la route sableuse au rôle de balayeurs. Parmi les trois principaux prétendants au titre, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) s'en sortait le mieux en se positionnant au sixième rang à 16''4.

L'Estonien devance Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), qui suspectait un problème de différentiel pour expliquer ses difficultés sur les pistes étroites et sinueuses.

Sébastien Ogier, premier sur la route, et Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), troisième dans l'ordre de départ, ont fait moins bien qu'Ott Tänak. Sébastien Ogier pointe à près de trente secondes de la tête en dixième position, deux places derrière Thierry Neuville.

Les choix de gommes ont été variés, et si toutes les têtes d'affiche ont intégré au moins deux pneus durs dans leur sélection, Thierry Neuville a opté pour six mediums. Le Belge s'est surtout dit inquiet du poids de sa roue de secours supplémentaire affectant la tenue de route de sa voiture.

Son équipier Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC) a lui aussi préféré les mediums, un choix qu'il regrettait depuis la septième place : « Un choix vraiment mauvais, la voiture est partout, on ne peut rien faire. »

Rendez-vous sur WRC+ pour vivre le Rally Italia Sardegna avec notre dispositif All Live. Au programme, toutes les spéciales en direct, les infos du parc d'assistance et l'analyse de nos experts !

VIDEO

More News