Wednesday | 23 Nov 2022

Hämäläinen : « Ce n'est pas réservé aux hommes »

Impossible d'effacer le sourire du visage de Reeta Hämäläinen depuis qu'elle a été sacrée championne du monde au FORUM8 Rally Japan.

La copilote finlandaise a guidé Emil Lindholm avec succès lors de la dernière manche de la saison pour voir son équipage être sacré en WRC2, bouclant au passage un triplé 100 % finlandais en WRC, WRC2 et WRC3 en 2022.

« C'est incroyable, je ne réalise encore pas », rayonnait Reeta Hämäläinen au moment d'être couronnée. « C'est dingue, vraiment fantastique ! »

Après les soucis des autres prétendants, dont Kajetan Kajetanowicz et Maciej Szczepaniak, partis à la faute dans la deuxième spéciale du rallye, Emil Lindholm et Reeta Hämäläinen savaient qu'ils devaient simplement terminer dans le top cinq pour ravir le titre à Andreas Mikkelsen.

« Nous avons décidé d'aborder cela comme un rallye normal », a expliqué Reeta Hämäläinen avant de revenir sur les conditions humides et glissantes ayant vu son duo glisser au troisième rang dimanche. « Nous savions ce que nous devions faire et où nous devions finir. Nous savions que la cinquième place suffisait pour le titre mondial. C'était toujours l'objectif. Nous avons eu tellement de chance samedi, car la pluie et les pneus nous ont fait perdre beaucoup de temps dans les deux dernières spéciales du dimanche. »

Les Finlandais ont réussi un bel exploit en étant sacré dès leur première campagne en WRC2, et seulement dès leur deuxième saison ensemble. Un fait d'armes offrant à la Finlandaise âgée de trente-quatre ans l'occasion idéale de revenir sur son ascension, en particulier depuis 2019, une année où elle n'était pas sûre de pouvoir continuer sa carrière après avoir lutté contre le cancer.

« Être malade, perdre la santé est personnel et c'est différent pour tout le monde, mais j'en ai bien sûr tiré des leçons », a-t-elle confié. « C'était mauvais, mais tout ne l'était pas. Vous appréciez un peu plus le temps, ce que vous en faites, et ce que vous aimez. Ce titre ? C'est tout simplement incroyable. Pour être honnête, je n'imaginais pas être ici. J'étais vraiment malade en 2019. Je pensais que c'était la fin, que je ne pourrais plus faire de rallye à cause de ma santé. Fort heureusement, j'avais tort. »

Reeta Hämäläinen est loin d'être la seule femme à avoir marqué de son empreinte les rangs du rallye ces douze derniers mois et elle n'hésite pas à faire l'éloge de ses pairs.

« L'an dernier [et cette année encore], Sara Fernández a remporté le Championnat d'Europe », a-t-elle poursuivi. « Je la connais bien et elle travaille vraiment dur. Elle le mérite. Il y a aussi Isabelle [Galmiche] avec Loeb au Monte-Carlo. C'était incroyable et historique. Cela faisait si longtemps depuis Fabrizia Pons. D'une manière ou d'une autre, ce sont toutes des idoles, comme Ilka Minor. Il y a beaucoup de femmes formidables qui brillent. Enni [Mälkönen, copilote championne en WRC3] fait également de l'excellent travail et c'est vraiment agréable d'avoir des femmes ici. Nous sommes en bonne compagnie. »

La présence des femmes se fait également ressentir à l'extérieur des voitures en WRC, Reeta Hämäläinen tenant notamment à mentionner sa mécanicienne chez Toksport WRT, Alexandre Fernandez.

« C'est l'une des meilleures mécaniciennes », a-t-elle indiqué. « Elle crée une ambiance fantastique au sein de l'équipe en répandant des ondes incroyablement positives autour de nous. »

Être une femme concourant au plus niveau, Reeta Hämäläinen est également consciente de l'impact qu'elle peut avoir sur la prochaine génération de pilotes et de copilotes.

« Je pense que c'est cool », a-t-elle conclu. « Pour moi, le meilleur moment est quand une petite fille vient me voir pour dire qu'elle veut être comme moi ou que ses parents viennent m'avouer que je suis son idole. Elles réalisent maintenant qu'elles peuvent aussi faire du rallye. C'est le plus beau à mes yeux, pouvoir inspirer d'autres filles à venir dans ce sport. Ce n'est pas réservé aux hommes. »