Friday | 05 Aug 2022

Prise de risque payante pour Tänak

En lice pour la troisième victoire de sa carrière en Finlande, l'Estonien Ott Tänak a réalisé un excellent départ pour distancer ses rivaux dès vendredi midi.

La première boucle se composait de deux passages dans Laukaa et Lankamaa, la répétition de cette dernière après un détour au parc d’assistance ayant hélas été annulée, mais aussi d’un court sprint sur la spéciale à surface mixte d’Harju marquant le cap de la mi-journée.

Offensif d’entrée de jeu, Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) prenait la tête dès la première spéciale du jour en devançant son plus proche rival Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) de 2’’7. Ce dernier reprenait trois dixièmes de seconde dans l’embrématique Lankamaa (21,69 km), mais son rival reprenait l’initiative pour rentrer à Jyväskyla avec 6’’2 d’avance avant les quatre derniers tests du vendredi.

Ott Tänak semblait surpris de se retrouver aux commandes après s’être plaint de problèmes de maniabilité tout au long de la matinée. L'Estonien admettait prendre des risques et confiait même que ses mains tremblaient à l’arrivée de l'ES4.

Esapekka Lappi était satisfait de sa performance

« La voiture est rapide, mais je n’ai pas beaucoup de retours au volant et je ne sens pas vraiment ce que je fais », déclarait-il. « Je n’ai aucun ressenti quand j'applique une certaine direction, pareil au freinage, et encore plus quand je suis à la limite. C’est la Finlande, donc nous devons continuer de piloter. Je veux bien évidemment gagner, mais nous devons être réalistes et nous ne sommes qu’au début du rallye. »

Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) complétait le trio de tête, 4’’9 plus loin. Le Gallois connaissait une matinée calme, sans avoir toutefois été en mesure de reproduire le rythme lui ayant permis de s’imposer en Finlande l’an passé.

Victime d’un souci d’intercom dans le premier secteur chronométré du jour, Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1) retrouvait le son de la voix de son copilote Paul Nagle dans les deux oreilles dès la spéciale suivante. L’Irlandais n'était qu'à 2’’4 du podium et comptait 1’’8 d'avance sur Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1), leader du championnat et premier à s’élancer dans les spéciales.

Vidéo – Tonneau pour Solberg en Finlande

La motricité semblait également être un problème pour Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1). Auteur du temps de référence dans la super-spéciale de jeudi soir, le Belge chutait au septième rang. Visiblement frustré à l’arrivée des spéciales, le pilote Hyundai Motorsport espérait toutefois améliorer sa situation en travaillant avec son équipe à mi-journée.

Tous engagés sur des Puma Rally1, les protégés du M-Sport Ford World Rally Team - Pierre-Louis Loubet, Jari Huttunen et Gus Greensmith – complétaient le top dix vendredi midi.

Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) pointait plus loin dans la hiérarchie après avoir dû réparer en urgence sa direction après avoir tapé une pierre cachée dans un virage de l'ES2. Le Français était également trahi par sa direction assistée dans le test suivant.

« Je n'avais rien dans mes notes indiquant quelque chose dans cette corde », expliquait-il. « Nous avons ajouté un boulon au bras de direction et nous avons utilisé des câbles pour nous assurer que tout était en place. »

Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally1) était le premier abandon majeur. Parti en tonneau dans le premier virage de la première spéciale du jour, le Suédois ne pourra pas repartir samedi, l’arceau de sécurité de sa voiture ayant été touché.

  • Une couverture complète du Secto Rally Finland est disponible sur WRC+ All Live ici, avec la diffusion de chaque spéciale, des interviews, des reportages et les analyses de nos experts en direct du parc d'assistance.   

Plus d'actualités en direct de Finlande