Thursday | 30 Jun 2022

Pleine corde : Safari Rally Kenya

La manche la plus difficile du Championnat du Monde FIA des Rallyes a clairement répondu aux attentes. Rejoignez-nous pour revenir sur les principaux sujets de discussion du Safari Rally Kenya.

La prestation du rallye

Quatre victoires sur les cinq dernières épreuves. Qui parviendra à arrêter Kalle Rovanperä ?

Hormis une petite chaleur dans le premier virage de la super-spéciale du jeudi, le Finlandais a été irréprochable et en symbiose avec sa Toyota GR Yaris Rally1. Sa performance à l'arrivée des premières gouttes de pluie samedi ? Tout simplement épique.

Il s'agissait selon ses propres mots de sa plus belle victoire à ce jour. Il ne l'oubliera pas de sitôt.

Une spéciale inoubliable

L'ES13, le deuxième passage dans Sleeping Warrior. Il était grisant de voir les Rally1 hybrides en aquaplaning partout sur des routes gorgées d'eau.

Presque tous les pilotes se sont faits peur dans ce secteur chronométré d'un peu plus de trente kilomètres. Thierry Neuville en était d'ailleurs l'une des victimes après avoir heurté un arbre en raison de la visibilité réduite.

Une semaine à oublier pour M-Sport Ford World Rally Team

La surprise du rallye

Nous savions que la Toyota GR Yaris Rally1 était forte, mais personne n'aurait prédit un quadruplé du constructeur japonais. Comme de nombreux équipages l'ont découvert, les routes du Kenya n'offrent aucun répit. Malgré cela, Toyota Gazoo Racing a trouvé l'équilibre parfait entre solidité et performance le week-end dernier.

À oublier

M-Sport Ford World Rally Team et Hyundai Motorsport ont connu une semaine cauchemardesque.

Parmi les équipages des deux équipes, seul Oliver Solberg a été le seul à rallier l'arrivée sans repartir après un abandon... Et le pilote Hyundai a tout de même rencontré des problèmes dans le fesh-fesh dimanche.

Une seule chose est sure : les deux équipes auront à cœur de prendre leur revanche dès le Rallye d'Estonie (14-17 juillet).

Le cliché du rallye

Cette photo d'@World vous donne une idée des conditions auxquelles les pilotes ont dû faire face. Poussière abondante, fesh-fesh épais et profondes ornières. Ne vous arrêtez pas, vous pourriez rester coincé !

Le plus beau sauvetage

Probablement celui de Kalle Rovanperä, sorti large et frôlant le tonneau dans l'ES1. Fort heureusement, le Finlandais s'en est sorti avec une simple crevaison à l'arrière, mais le résultat du rallye aurait pu être bien différent sans cela...

La petite phrase du rallye

« Mon grand-père peut emprunter mon chasse-neige l'année prochaine s'il le veut. »

C'est ce qu'Oliver Solberg a dit à mi-parcours à son copilote Elliott Edmondson dans le sable dimanche matin. Mais qui a besoin d'un chasse-neige quand on a une Hyundai i20 N Rally1 ?

Vous n'y croirez pas

Le taux d'attrition était si élevé que chaque pilote de la catégorie WRC3 a abandonné au moins une fois. Pour ses débuts au volant de la Ford Fiesta Rally3, Maxine Wahome s'est finalement imposée et est entrée dans l'histoire en devenant la première femme victorieuse d'un rallye en WRC3 !

Maxine Wahome est entrée dans l'histoire en s'imposant en WRC3

Le chiffre du rallye

1993. L'année du dernier quadruplé Toyota. Fait insolite, cela avait déjà eu lieu au Kenya, où le Finlandais Juha Kankkunen avait emmené un quadruplé de Toyota Celica !

Mais aussi...

Harri Rovanperä, le père de Kalle, avait fini deuxième du Safari à deux reprises avec Peugeot (2001 et 2002). Une histoire de famille...

Le tournant Asahi Kasei du rallye

Le tournant Asahi Kasei du Safari Rally Kenya