Tuesday | 13 Sep 2022

Loeb souligne le potentiel du Puma

Nonuple champion du monde, Sébastien Loeb a une fois de plus montré le potentiel du Ford Puma Rally1 conçu par M-Sport Ford World Rally Team malgré son abandon alors qu'il occupait la tête de l'EKO Acropolis Rally Greece.

Sébastien Loeb et Isabelle Galmiche sont sortis de la première spéciale du samedi avec dix-neuf secondes d'avance avant d'abandonner quelques mètres après l'arrivée de la spéciale, trahis par une courroie d'alternateur.

Malgré leurs efforts pour la remettre en place, le duo manquait finalement de temps et choisissait de ne pas repartir dimanche matin pour une étape où Sébastien Loeb aurait ouvert la route pour trois courtes spéciales.

Il s'agit du troisième abandon en quatre rallyes pour l'Alsacien avec l'équipe britannique lors de cette saison qui avait si bien commencé avec la victoire au Rallye Monte-Carlo. Au Portugal, l'équipage avait été victime d'une panne de turbo tandis qu'un souci électrique l'avait arrêté après quatre spéciales du Safari Rally Kenya.

Malgré la déception, Sébastien Loeb soutient que le Puma dispose d'un bon potentiel en expliquant qu'il ne serait pas au départ s'il ne croyait pas que la voiture était capable de gagner.

L'abandon de Sébastien Loeb à l'Acropole

« Je le dis depuis le début, je me sens vraiment bien dans la voiture et je pense qu'elle a du potentiel », a-t-il expliqué. « J'aime la  piloter, je prends du plaisir avec et je pense qu'elle convient à mon style de pilotage. Je suis content de la voiture et je ne m'en plains pas. Quand j'ai arrêté avec Hyundai [en 2020], je ne pensais pas vraiment revenir, mais j'ai eu cette occasion et j'ai aimé la voiture depuis nos premiers essais, donc j'ai décidé de tenter le coup. Je crois que toutes les voitures peuvent gagner tant elles sont serrées. Le Puma me motive à faire des rallyes comme je me sens bien dedans. Il nous faut juste finir. Le WRC est très exigeant avec tous les préparatifs nécessaires, et si je le fais, c'est parce que j'ai une bonne source de motivation. Je pense que nous n'avons pas vraiment eu de chance, mais j'ai mené chaque rallye où j'étais au départ. Ce n'est pas trop mal pour moi après quelques années de pause ! »

Le Français a également détaillé le problème ayant mis fin à son Acropole en estimant que le roulement de l'alternateur était en cause.

« J'ai tout démonté pour desserrer l'alternateur afin de pouboir remettre la courroie et la renforcer », a-t-il expliqué. « J'ai tout remonté nous avons pu faire démarrer la voiture dans une descente. Le moteur a démarré mais il s'est de nouveau éteint 200 mètres plus loin. La courroie avait de nouveau sauté, donc je pense que le roulement de l'alternateur a cassé. »

Avec trois rendez-vous restants au calendrier, il reste désormais à savoir si nous reverrons Sébastien Loeb avant la fin de la saison. Son vieil ennemi Sébastien Ogier, avec qui il s'était battu au Monte-Carlo, prendra le volant d'une Toyota GR Yaris Rally1 à la fin du mois en Nouvelle-Zélande.

News