lundi | 08 févr. 2021

Esapekka Lappi prépare son retour

Le pilote finlandais retrouvera le Championnat du Monde FIA des Rallyes sur ses terres à l'occasion de l'Arctic Rally Finland Powered by CapitalBox (26-28 février).

Esapekka Lappi disputera l'épreuve au volant d'une Volkswagen Polo GTI de l’équipe Movisport en WRC2, où il sera l'équipier de Nikolay Gryazin, avec l'espoir de lancer un programme composé de plusieurs rallyes dans l'antichambre de la catégorie reine.

Âgé de trente ans, le Finlandais a remporté le titre en WRC2 en 2016 avant de rejoindre l'élite qu'il a quitté fin 2020 après une seule saison chez M-Sport Ford World Rally Team.

« J'avais un plan pour faire du rallye, en RC2 notamment comme il n'y avait pas vraiment d'équipe disponible en WRC2 », a-t-il confié à wrc.com. « Ensuite, j'ai reçu un tuyau de la part du directeur de course qui m'a dit que je devais appeler Movisport pour leur demander et disons que tout s'est enchaîné rapidement pour que nous unissions désormais nos forces. »

Vidéo : l'Arctic Rally Finland

« Je pense qu'il y a la possibilité de faire plus d'apparitions par la suite », a-t-il ajouté. « Il y a un programme ou un objectif qui m'est destiné, pas seulement sur une épreuve, donc j'aimerais être là sur la durée. »

Esapekka Lappi effectuera deux jours d'essais en Laponie juste avant le rallye afin d'aborder l'événement dans les meilleures conditions. Il devrait y retrouver une concurrence féroce, notamment menée par Andreas Mikkelsen, vainqueur du WRC2 au Rallye Monte-Carlo.

« Je me rends compte que la concurrence est très relevée aussi dans cette catégorie, donc rien ne sera facile », a-t-il jugé. « Il y a tellement de bons pilotes actuellement en WRC2. Le défi sera immense et la bataille intense, mais mon objectif est la victoire. »

Malgré sa victoire en 2012 sur l'Arctic Rally Lapland, l'épreuve sur laquelle s'appuiera le rendez-vous du WRC à Rovaniemi, Esapekka Lappi estime que son avantage sera proche du néant.

Esapekka Lappi a disputé son dernier rallye à l'ACI Rally Monza avec M-Sport en décembre dernier

« Il ne faut pas oublier que cela fait déjà neuf ans », a-t-il expliqué. « La nature des routes n'a pas changé, mais c'était il y a longtemps et cela fait un moment que nous n'avons pas disputé de rallye véritablement hivernal avec des murs de neige. Cela doit même faire quelques années... C’est un peu différent de la Suède. Dans l'Arctique, les routes sont parfois un peu plus rapides et plus simples. Il y a de longues lignes droites menant vers des virages à angle droit. Il y a probablement un peu plus de verticalité, pas en termes de sauts, mais plutôt avec des petites bosses très difficiles à anticiper comme la surface est toute blanche. »

Débuts dans l'élite en vue pour Oliver Solberg

Débuts dans l'élite en vue pour ...

Oliver Solberg prendra le volant d'une WRC pour la première fois en Championnat du Monde FIA des Rallyes à l'occasion de ...

En lire plus

« Le brouillard provoqué par la neige avec des températures très négatives est un autre aspect auquel de nombreux conducteurs n'ont pas été confrontés ces dernières années », a-t-il ajouté. « Cela devrait aller si vous êtes le premier à vous élancer dans les spéciales, mais la deuxième voiture peut déjà avoir des problèmes de visibilité. »

Esapekka Lappi reconnaît également que les spéciales dessinées dans les forêts reculées du nord de la Finlande sont faites pour les gros cœurs : « C'est toute une aventure parce que vous êtes tellement éloigné de tout que même les téléphones n'ont pas de réseau. Les paysages sont magnifiques, mais vous êtes vraiment seuls si vous vous arrêtez. Les loups vous accompagneront peut-être, mais vous serez surtout seuls ! »

Plus d'actualités