mardi | 20 juil. 2021

Craig Breen a envoyé un message en Estonie

L'Irlandais Craig Breen espère que sa deuxième place au Rallye d'Estonie l'aidera à obtenir un programme complet lorsque le Championnat du Monde FIA des Rallyes basculera dans l'ère hybride l'an prochain.

Cette année, Craig Breen partage la troisième Hyundai i20 WRC de l'équipe Hyundai Motorsport avec Dani Sordo. L'Irlandais a effectué sa troisième apparition de la saison ce week-end en Estonie, et la première seulement depuis le Rallye d'Estonie 2020.

S'il n'a pris que sept départs en trois saisons en mondial avec l'équipe coréenne, Craig Breen espère que sa deuxième deuxième place sur les spéciales ultrarapides du pays balte lui permettra de convaincre ses dirigeants dans sa quête d'un volant à temps plein.

« C'est bien évidemment la mission dans laquelle Paul [Nagle, son copilote] et moi nous sommes lancés », a-t-il déclaré. « Nous voulons être champions du monde et il n'y a pas besoin d'être mathématicien pour comprendre que c'est impossible en ne disputant que la moitié des rallyes. Nous étudions donc toutes les options. Je me sens à l'aise où nous sommes actuellement, donc chez Hyundai, mais certains aspects sont hors de mon contrôle. Nous devons trouver une opportunité pour disputer une saison complète et en tirer pleinement profit. »

Les meilleures actions du Rallye d'Estonie 2021

Au-delà de son employeur actuel, Craig Breen a été fortement lié à M-Sport Ford World Rally Team, avec qui il avait remporté la WRC Academy en 2011 et le titre en SWRC en 2012.

Craig Breen a maintenu la pression sur le futur vainqueur Kalle Rovanperä tout au long de la première étape vendredi avant que le Finlandais ne signe un temps époustouflant dans Peipsiääre, le premier test du samedi. Dès lors, l'Irlandais adaptait son objectif en choisissant de protéger la deuxième place.

« Je dois dire que c'était extrêmement impressionnant », a-t-il confié. « J'ai honnêtement fait le meilleur passage possible, mais il était sur une autre planète. Rien ne sert d'essayer de dire que j'ai fait quelque chose de différent ou de mal. C'était le maximum que nous puissions faire dans cette spéciale. Après cela, le but était différent pour la suite du week-end. J'étais époustouflé. J'ai dit à Paul que c'était vraiment incroyable quand j'ai vu le temps arriver. Chapeau à lui. »

Craig Breen a admis qu'il avait toutefois des réserves sur sa capacité à égaler le meilleur résultat de sa carrière obtenu l'an dernier sur cette même épreuve.

« L'année passée, nous avions fait un bon résultat ici, mais personne n'avait roulé pendant six ou huit mois à cause de la Covid », a-t-il conclu. « Tout le monde repartait plus ou moins à égalité. Cette fois, nos concurrents avaient déjà fait trois rallyes sur terre avant d'arriver en Estonie. Je pensais que ce serait plus dur, mais les choses se sont finalement plutôt bien passées ! »

Plus d'actualités