Les spéciales

  • Après le départ jeudi soir à Monaco, le coup d’envoi des hostilités sera donné dans l’ambiance unique du Col de Turini et des massifs des Alpes Maritimes. Les célèbres Lucéram / Lantosque et La Bollène-Vésubie / Moulinet seront disputées de nuit pour 38,45 km d’action.
  • Vendredi, direction le nord pour deux boucles de trois spéciales et 97,86 km chronométrés dans le Parc National du Mercantour. Roure / Beuil, Guillaumes / Péone / Valberg et Val-de-Chalvagne / Entrevaux seront empruntées le matin, puis l’après-midi après un changement de pneus à Puget-Théniers.
  • Samedi, cap à l’ouest pour 92,46 km de compétition dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le Fugeret / Thorame-Haute ouvre la journée avant deux boucles dans Saint Jeannet / Malijai et l’exigeante Saint-Geniez / Thoard séparées d’une zone de changement de pneumatiques à Digne-les-Bains.
  • Dimanche, l’étape finale marquera le retour des concurrents dans les Alpes-Maritimes. Inédites, La Penne/Collongues et Briançonnet/Entrevaux seront empruntées deux fois, le tout sans assistance. Le deuxième passage de cette dernière formera le cadre de la Wolf Power Stage avec des points bonus en jeu. Les quatre tests cumulent 67,26 km.
  • Les dix-sept spéciales totalisent 296,03 km.

 

Une spéciale mythique

  • Col de Turini. C’est l’un des lieux emblématiques du WRC. Une foule immense se réunira jeudi soir pour voir les concurrents franchir le sommet de la montagne dans La Bollène Vesubie / Moulinet, la plus longue spéciale du rallye avec 23,25 km. L’ambiance y est incroyable, encore plus s’il neige. Ce sera là où il faudra absolument être pour découvrir les nouvelles Rally1 en compétition !