FIA

Les hommages à Björn
Waldegård se multiplient

De grands noms du Championnat du Monde des Rallyes ont rendu hommage à Björn Waldegård, décédé vendredi à l’âge de 70 ans.

Advertising

Premier Champion du Monde des Pilotes en 1979, le Suédois a remporté 16 rallyes WRC avec Lancia, Ford et Toyota.

Ancien adversaire de Waldegård lorsqu’il était copilote, Jean Todt, aujourd’hui Président de la FIA, a témoigné sur le site de la Fédération : « Björn était un pilote admiré et très fort, loyal et franc. C’était une légende du rallye et il nous a quittés trop vite. Notre sport perd l’un de ses grands héros. »

Malcolm Wilson, fondateur de M-Sport, a travaillé avec Waldegård chez Ford à la fin des années 1970. Tous deux pilotaient alors des Escort RS. Il a déclaré à WRC.com : « La première fois que j’ai rencontré Björn, c’est lorsque j’ai été son ouvreur sur glace pour le Monte-Carlo 1979. C’est là que l’on est devenus amis. Plus tard, j’ai travaillé avec lui sur le Safari et le Rallye Côte d’ivoire, où je faisais son assistance rapide. C’était l’un des meilleurs au volant de l’Escort et j’ai beaucoup appris à ses côtés. »

« Björn était un géant au cœur tendre, totalement imperturbable. Déjà à l’époque, il était baptisé “Iceman”. C’était un vrai gentleman. Quand on le voyait, on ne se doutait pas qu’il avait en lui l’agressivité et la détermination qui lui permettaient de connaître cette réussite. »

« Mais une fois qu’il prenait le volant, peu importe quelle était la voiture ou son comportement. Il avait cette incroyable capacité à s’adapter à n’importe quel type de voiture. C’était l’un des très grands pilotes de l’Histoire, qui pouvait s’adapter à tout ce qu’on lui donnait. »

Champion du Monde 1983 et adversaire de longue date de Waldegård, Hannu Mikkola a tweeté : « Je viens d’apprendre la terrible nouvelle concernant mon vieil ami Björn. C’est tellement triste. »

Le double Champion du Monde Carlos Sainz a lui aussi profité de Twitter pour témoigner : « Aujourd’hui nous avons perdu un mec bien, un grand pilote et un champion du monde. Repose en paix Bjorn Waldegård. »

Le talent de Waldegård a également inspiré les jeunes générations de pilotes. Mads Østberg est de ceux-là.

« Je n’avais que trois ans quand Björn a remporté son dernier rallye WRC en 1990, ses succès datent donc pour la plupart d’avant ma naissance. Mais j’ai grandi en regardant d’anciennes vidéos de lui, parce qu’il a réalisé énormément de choses impressionnantes. »

« Son statut de premier Champion du Monde est très particulier et place véritablement la Scandinavie au sommet du rallye. Cela veut dire beaucoup pour énormément de personnes. »

Le pilote VW Jari-Matti Latvala a déclaré : « Je me souviens en particulier de la formidable carrière de Björn avec les Escort, puis avec Toyota dans les années 1980. J’ai visionné d’anciennes vidéos et c’était un excellent pilote. J’ai l’impression qu’il était très fiable : pas beaucoup d’accidents, de la concentration et de la régularité. »

« Je me souviens que sa façon de piloter les Escort était assez incroyable – la même que Hannu Mikkola et Ari Vatanen. Il y a une chose qui m’inspire, c’est qu’il avait 46 ans quand il a remporté le Safari Rally en 1990. Cela prouve bien que l’on peut encore remporter des rallyes si on est en forme et que l’on a de l’expérience, même si on est vieux. »

Célèbre pour les succès qu’il a décrochés en Afrique, Waldegård a remporté trois éditions du Safari Rally et trois du Rallye Côte d’Ivoire.

Sa plus récente victoire en Afrique remonte à 2011. Il s’était alors imposé sur l’East African Safari Rally en catégorie classique, au volant d’une Porsche 911 qu’il avait déjà pilotée au Kenya dans les années 1970.

Richard Tuthill, spécialiste de Porsche, était son team manager en 2011. « Sa victoire âprement acquise au volant de l’une de nos voitures reste l’un des plus beaux moments de ma carrière et de ma vie personnelle. Cela n’aurait pas été possible s’il n’avait pas été l’un des meilleurs pilotes européens du Safari Rally. »

« C’était un homme grand, fier et extrêmement intelligent, un véritable gentleman. Il était discret et réservé, comme le sont beaucoup de Suédois. Il s’exprimait très bien en public. Et, comme son palmarès en témoigne de façon évidente, c’était l’un des hommes les plus talentueux qui ait jamais piloté une voiture de rallye. »

More News