Le debriefing de l'Espagne :
1re partie

Nous revenons sur un RallyRACC Catalunya - Rally de España qui pourrait s'avérer décisif dans l'issue des titres mondiaux en WRC.

La spéciale du rallye
Dimanche matin, le premier passage sur Santa Marina (ES16) n'a pas bouleversé le classement en tête du rallye, mais il a pris une toute autre importance.

Parti à l'attaque, Thierry Neuville prenait une grosse corde dans un droite. La suspension avant droite de sa Hyundai i20 était meurtrie dans l'action. Le Belge ouvrait alors la porte au cinquième titre consécutif de Sébastien Ogier.

Rien n'est encore joué, bien sûr, mais qui arrêtera le Français ? 

La surprise du rallye
Cette saison, Andreas Mikkelsen a collectionné les combinaisons et les couleurs après ses piges chez Skoda et Citroën avant de rejoindre Hyundai avant le Rallye d'Espagne.

Le Norvégien prenait rapidement ses marques en dominant une première journée principalement disputée sur terre. Si sa position dans l'ordre des départs l'avantageait et qu'il ne disposait que de 1"4 d'avance, l'expression « leader surprise » était plutôt bien adaptée à la situation.

Juho Hänninen s'est classé quatrième en Catalogne.

Le pilote du rallye
Sur l'asphalte espagnol, Kris Meeke a su livrer un véritable récital. Si sa victoire démontre que Citroën a encore du travail à faire avec sa C3 WRC sur terre, elle souligne également sa suprémacie sur asphalte.

Néanmoins, la véritable performance du week-end venait de Juho Hänninen. Cela faisait six ans qu'il n'avait pas couru en Espagne, et cela ne s'est jamais ressenti dans ses temps.

Au volant de sa Toyota Yaris, le Finlandais s'offrait deux victoires de spéciales et se hissait au quatrième rang après avoir fini sur le podium en Finlande et au pied du podium en Allemagne. Son futur reste flou tant que Toyota n'officialise pas ses équipages pour 2018, mais il est en pleine forme !

À oublier
Si l'ADAC Rallye Deutschland avait fait mal à Hyundai Motorsport, que dire du Rallye d'Espagne ? 

Thierry Neuville, Andreas Mikkelsen et Dani Sordo remportaient tous les trois des spéciales à mettre à l'actif du constructeur coréen. Mais au moment de compter les points dimanche midi, la récolte était très décevante. 

Regrettant une éventuelle fragilité de la suspension de son i20 Coupé à l'origine des problèmes rencontrés par son trio, l'équipe faisait quasiment une croix sur le titre constructeurs et laissait Thierry Neuville au pied du mur dans son duel face à Sébastien Ogier.

VIDEO

More News