Kris Meeke savoure son succès catalan

Kris Meeke estime que son inébranlable détermination est à l'origine de son succès en Catalogne.

Trois rallyes seulement après sa mise sur le banc de touche par Citroën Racing en Pologne, Kris Meeke signait son deuxième succès de la saison au RallyRACC Catalunya - Rally de España.

En s’imposant avec 28’’0 d’avance sur le leader du championnat Sébastien Ogier, le Britannique écartait également la pression qui reposait sur ses épaules depuis son dernier incident dès la première spéciale du Rallye d’Allemagne.

« Le plus important n’est pas le nombre de fois où vous mettez le genou à terre, mais le nombre de fois où vous vous relevez », confiait-il. « C’est ma cinquième victoire en WRC. Nous savons que nous pouvons le faire. Nous devons juste combler nos lacunes. »

« J’ai tendance à me mettre moi-même dans des situations difficiles dans ma carrière. C’est essentiel de savoir revenir, surtout après un milieu de saison aussi difficile. »

« C’est génial de pouvoir regoûter au champagne et revenir aux avant-postes de si belle manière. C’est idéal pour remonter le moral de l’équipe et poursuivre sur la bonne voie, mais cela ne change rien au travail qu’il nous reste à faire dans certains domaines. »

Cinquième victoire en WRC pour Kris Meeke.

À 38 ans, le Britannique a dominé le Rallye d’Espagne dès que l’épreuve a quitté les pistes de terre aux routes asphaltées autour de Salou.

Kris Meeke achevait la première et seule journée sur terre au troisième rang à seulement trois secondes de la tête. Le lendemain, il prenait les commandes de l'épreuve dès la première spéciale sur asphalte et n'allait plus être rattrapé. Le pilote Citroën s'offrait également huit victoires en spéciales pour signer sa première victoire depuis le Mexique.

« Nous n’avions pas fait d’essais sur l’asphalte espagnol contrairement aux autres », ajoutait-il. « J’ai dit que je devais être au sommet de mon art sur la première spéciale sur asphalte, sinon l’écart pourrait être irréversible. Mon rythme a finalement permis d’inverser les rôles. »

Excellente sur asphalte depuis le début de la saison, la Citroën C3 n'avait jusqu'ici pas pu exprimer son potentiel sur terre. Kris Meeke reconnaissait toutefois qu'être dans le groupe de tête vendredi lui avait permis d'être idéalement placé pour la suite des hostilités.

« Nous connaissions le potentiel de la voiture sur l’asphalte sec », concluait-il. « Nous avons fait des progrès vendredi sur terre. C’était une surface similaire à celle du Mexique, donc nous étions raisonnablement confiants. C’est ainsi que j’ai pu tenir mon rythme. »

VIDEO

More News