Bilan 2017 : M-Sport

Dans le monde moderne du sport professionnel, il arrive de moins en moins souvent que David batte Goliath. M-Sport y est arrivé.

Certes, M-Sport World Rally Team a tiré un gros coup en attirant Sébastien Ogier, tout juste couronné champion du monde pour la quatrième fois, dans ses filets après le retrait soudain de Volkswagen du WRC. Néanmoins, le contrat n'était signé que mi-décembre, un mois seulement avant le coup d'envoi de la saison au Rallye Monte-Carlo.

Le temps manquait cruellement pour réaliser un véritable programme d'essais. En parallèle, ses équipiers Ott Tänak et Elfyn Evans devaient encore confirmer leurs belles promesses...

Et pourtant, fin octobre, c'est bien la petite structure britannique qui prenait le dessus sur trois des plus grands constructeurs au monde. M-Sport s'offrait alors ses premiers titres chez les pilotes et chez les constructeurs depuis 2007.

Et pourtant, Sébastien Ogier était loin d'être aussi dominateur que lors de ses quatre campagnes conquérantes avec Volkswagen...

Thierry Neuville pourrait par exemple démontrer que le Français n'était pas le pilote le plus rapide sur les treize manches du championnat. Cependant, il s'imposait à deux reprises. Le premier succès résonnait comme un conte de fées dès ses débuts au Monte-Carlo. Le second survenait sur la terre portugaise. Par la suite, Sébastien Ogier savait se contenter des points nécessaires pour obtenir son cinquième sacre.

Ott Tänak signait sa première victoire en Italie.

Sébastien Ogier ne finissait pas dans les quatre premiers à deux reprises seulement : cinquième en Italie, parti à la faute en Finlande. Sa régularité et sa capacité à ménager sa Ford Fiesta meurtrie a fait la différence, même si la voiture était loin de ne pas avoir le rythme !

Ott Tänak s'imposait ainsi en Italie et en Allemagne. Elfyn Evans en faisait de même sur les spéciales du Rallye de Grande-Bretagne. Tous deux faisaient alors de la Ford Fiesta WRC la voiture la plus souvent victorieuse en cette nouvelle ère du WRC.

En face, Hyundai Motorsport voyait progressivement ses espoirs de titre s'envoler en Finlande, en Allemagne et en Espagne alors que M-Sport ne flanchait pas.

À quelques minutes d'intervalle, le champagne a été sabré en Grande-Bretagne pour célébrer l'obtention des deux titres, puis la première victoire d'Elfyn Evans. Le titre chez les constructeurs était finalement aisément acquis et M-Sport pouvait se féliciter d'une saison les voyant atteindre le podium sur chaque épreuve.

Il est difficile de dire à quel point l'exploit de M-Sport est fort, mais l'équipe - également victorieuse en Blancpain GT Series Endurance Cup avec Bentley - a désormais de beaux défis qui l'attendent en 2018.

La prolongation de Sébastien Ogier sous-entend que les fonds sont disponibles pour poursuivre le développement de la Fiesta. Dès lors, qui osera dire que le rêve ne peut pas se reproduire ?

Gallery

VIDEO

More News