FIA

Advertising

Trois grands moments
du Rallye d’Argentine

La manche sud-américaine du WRC a suscité beaucoup de passion au cours des années. Voici trois de nos moments préférés :

1999 : Kankkunen à la dernière minute
Juha Kankkunen et Richard Burns, pilotes officiels Subaru, ont signé un doublé mémorable lors du Rallye d’Argentine 1999. Toutefois, l’ordre dans lequel ils se sont classés a surpris beaucoup de personnes, à commencer par Burns.
Le Britannique abordait la dernière journée avec une avance de 17 secondes. La victoire lui semblait acquise et des consignes d’équipe intimaient de ne pas prendre de risques inutiles. Il a donc levé le pied, au point qu’il n’avait plus que 1”2 de marge à l’entame de la dernière spéciale.
C’est alors que Burns s’est heurté à Kankkunen, celui-ci ayant décidé de ne pas laisser son coéquipier s’imposer et de désobéir aux consignes d’équipe. Le Finlandais a fini par remporter le rallye avec 2”4 d’avance, signant là sa vingt-deuxième et avant-dernière victoire en WRC.
Cet épisode a valu à Robert Reid, copilote de Burns, une petite phrase acide : « Là où il y a un requin, il y a un Finlandais. »

2002 : Les hauts et les bas de Mäkinen
Quelle fin de course controversée sur le Rallye d’Argentine 2002 ! Trois vainqueurs, deux disqualifications et l’un des accidents de rallyes les plus violents que l’on ait pu voir en images.
L’accident est survenu dans l’avant-dernière spéciale et a fait pour victime Tommi Mäkinen. Alors que le Finlandais portait une dernière attaque pour venir à bout de son compatriote Marcus Grönholm, sa Subaru a heurté un talus en sixième. Catapultée dans les airs, elle s’est immobilisée sur le flanc après cinq tonneaux. Contre toute attente, Mäkinen et son copilote Kaj Lindström sont sortis indemnes de leur Impreza, pourtant très endommagée.
Après avoir rallié l’arrivée du rallye en vainqueur, Grönholm a été disqualifié. Il avait en effet reçu l’aide de l’équipe Peugeot, après que sa voiture ait refusé de démarrer dimanche matin. La victoire est par conséquent revenue au coéquipier de Grönholm, Richard Burns. Mais lui aussi a été disqualifié, la faute à la non-conformité de son volant. C’est finalement à Carlos Sainz qu’est revenue la victoire.

2013 : Le baroud d’honneur de Loeb
Bien sûr, il n’a pas définitivement écarté un éventuel retour en WRC, mais l’Argentine 2013 apparaît à ce jour comme la dernière victoire de Sébastien Loeb en championnat du monde des rallyes.
Il s’agissait du 78ème succès du Français en WRC, le 8ème en Argentine pour ce qui aura été son dernier rallye terre. Alors âgé de 39 ans, Loeb a fini avec 55 secondes d’avance sur Sébastien Ogier. « C’est une grande émotion de gagner ici, » a-t-il commenté alors que les fans s’amassaient autour de sa Citroën DS3 à l’arrivée de la dernière spéciale. « C’était un rallye difficile, les spéciales étaient compliquées, mais l’ambiance était géniale et c’était super de vivre cela tout le week-end. »
Pour les adieux de Loeb, les fans argentins ont répondu présent ! On estime que 80 000 personnes ont assisté à la dernière spéciale, El Condor.

Advertising

Video