FIA

Advertising

Les performances des pilotes
en Argentine – Partie 2

Seconde partie de notre passage en revue des performances des pilotes WRC lors du Rallye d’Argentine disputé la semaine dernière.

Advertising

Mads Østberg (Citroën DS3)

Il est rare qu’un pilote WRC soit contraint à l’abandon pour des raisons médicales, mais Østberg n’a pas eu de chance. Il a affiché ses ambitions en signant le deuxième temps de la première spéciale, mais ses espoirs se sont envolés dès le chrono suivant, lorsque sa DS3 est sortie de la route après avoir tapé une pierre.

Les mécaniciens ont pu réparer sa voiture vendredi soir. En revanche, le médecin de l’équipe Citroën a eu moins de succès avec son pouce, victime d’un retour de volant pendant l’accident.

Østberg est revenu en course samedi, le pouce bandé. Il s’est maintenu dans le top 5 jusqu’à subir un second retour de volant dans le pouce. Il a ensuite piloté d’une seule main, avant de se résoudre à abandonner dimanche.

Sébastien Ogier (Volkswagen Polo R)

A l’instar de son prédécesseur, le Champion du Monde en titre Sébastien Ogier a montré qu’il savait appréhender les moments propices à l’attaque et ceux où il valait mieux qu’il lève le pied.

S’il s’est rendu en Argentine avec l’intention d’y décrocher sa première victoire, les conditions du rallye n’ont pas du tout plu au Français. Alors que son coéquipier était prêt à repousser ses limites, Ogier a usé de stratégie, préférant assurer les points de la deuxième place au lieu de les hypothéquer en allant chercher la victoire.

Un pilote comme Colin McRae n’aurait peut-être pas adopté une telle approche, mais l’objectif premier de Sébastien Ogier est de décrocher un deuxième titre.

Martin Prokop (Ford Fiesta RS)

Martin Prokop avait fini quatrième du Rallye d’Argentine 2012, ce qui reste à ce jour son meilleur résultat en WRC. Le Tchèque n’a pas pu prétendre à le rééditer la semaine dernière. Son rallye s’est avéré globalement décevant et il a passé la majeure partie du temps derrière les Fiesta RS d’Elfyn Evans et de Robert Kubica.

Il faut dire qu’il a rencontré toute une série de problèmes. Après avoir tapé un pont dans la matinée, il a disputé la majeure partie de l’étape de samedi avec un différentiel endommagé. Plus tard dans la journée, il a manqué une intersection dans le brouillard. Dimanche, il s’est plaint de problèmes d’amortisseurs, puis il a perdu sa barre antiroulis arrière. L’équipe de Prokop a conclu que « l’équipage et la voiture étaient tous deux exténués après ce rallye extrême ». Espérons que tout le monde aura retrouvé la forme en Sardaigne !

Dani Sordo (Hyundai i20)

On ne peut qu’être désolé pour Dani Sordo. Sa présence en Argentine était une récompense pour sa performance au Portugal. Malheureusement, après avoir signé le meilleur temps du shakedown, des problèmes mécaniques lui ont fait perdre tout espoir de bien figurer.

A peine le rallye avait-il commencé, qu’une durite de refroidissement cassée l’a contraint à l’abandon vendredi. Il est revenu samedi, mais a dû s’arrêter à nouveau dans la première spéciale, à cause d’un nouveau problème moteur.

Mikko Hirvonen (Ford Fiesta RS)

Aussi inhabituel que cela puisse être, le Finlandais a commis une faute qui l’a écarté dès les premiers kilomètres de course.

En manquant une note dans la première spéciale de vendredi, il est entré beaucoup trop vite dans un gauche serré. Résultat : 75 000£ de réparations plus tard.

Hirvonen a pu rejoindre la course samedi à la dix-neuvième place. En signant d’excellents temps sur les deux étapes restantes, il a montré tout son potentiel dans ces conditions et s’est hissé à la neuvième position. Il a en outre marqué deux points bonus sur la Power Stage.

Advertising