FIA

Les performances des pilotes
en Argentine – Partie 1

Passons en revue les performances des pilotes WRC lors du Rallye d’Argentine.

Jari-Matti Latvala (Volkswagen Polo R)
Pour la première fois depuis que les deux hommes sont coéquipiers, Latvala bat Ogier à la régulière. Voilà de quoi grandement aider la confiance du Finlandais, qui a tendance à faire le yo-yo entre les extrêmes. Coach mental de Marcus Grönholm, Christoph Treier fait désormais de l’entourage de Latvala. Il lui prodigue ses conseils, soit globalement : “Monte dans la voiture, pilote la et ne te perds pas dans trop d’analyses”. Nous avons hâte de voir ce que ça donnera en Sardaigne !

Kris Meeke (Citroën DS3)
Après ses accidents au Mexique et au Portugal, Meeke était sous pression : il devait finir ce rallye. Non seulement il y est parvenu, mais il a signé son deuxième podium de la saison au prix d’une performance mûre. Nous savions que le Nord-Irlandais pouvait être rapide, mais il nous a démontré qu’il pouvait être lent lorsque c’est nécessaire car, pour contenir Andreas Mikkelsen, il n’a pas été plus vite que ce qu’il fallait.

Elfyn Evans (Ford Fiesta RS)
Evans a admis être frustré de ne pas pouvoir être plus rapide, mais son objectif en Argentine était d’accumuler de l’expérience sur des routes qu’il ne connaissait pas. Bravo à lui d’avoir su répondre aux attentes de l’équipe. Il aurait pu facilement se laisser aller à trop attaquer et faire partie des nombreux abandons enregistrés le premier matin. Son rallye aurait ainsi été gâché.

Thierry Neuville (Hyundai i20)
Après avoir connu un problème de turbo à la fin de la première journée et des soucis de transmission pendant la Power Stage, le Belge peut être satisfait de sa cinquième place. Quand la i20 a révélé une mauvaise tenue de route vendredi matin, dans des conditions qu’elle n’avait encore jamais rencontrées en compétition, Neuville s’est rapidement saisi du problème et les modifications apportées aux suspensions ont arrangé les choses. C’est exactement le type d’expertise technique dont a besoin l’équipe.

Andreas Mikkelsen (Volkswagen Polo R)
Si une casse de courroie d’alternateur ne l’avait pas écarté dans la dernière spéciale de vendredi, il aurait eu le rythme pour offrir un triplé à Volkswagen. Il est ensuite remonté dans le classement, mais il lui a manqué quelques kilomètres pour véritablement pouvoir mettre Kirs Meeke sous pression. Sa troisième place au championnat reflète bien les performances du Norvégien à ce stade de la saison. Il sera à présent un sérieux prétendant aux podiums.

Robert Kubica (Ford Fiesta RS)
Enfin ! Kubica a mis son cerveau en mode « survie » et il a disputé ce rallye de bout en bout sans accidents. C’est une première pour lui au volant d’une WRC. Avant de pouvoir courir, il faut apprendre à marcher. Si le Polonais continue à sacrifier une partie de sa vitesse pour gagner en expérience, ce pourrait être le tournant de sa saison. Il sait qu’il peut être plus rapide, mais il a besoin de rallier l’arrivée. Et il le mérite.

Video