Le debriefing du Mexique :
2e partie

Les toutes nouvelles World Rally Cars ont goûté pour la première fois à la terre au Rally Guanajuato Mexico. Dans la seconde partie de notre débriefing, nous revenons sur les moments décisifs.

Le tournant du rallye
Sébastien Ogier gardait encore espoir de dépasser Kris Meeke avant les spéciales de samedi après-midi. L'écart n'était que d'une vingtaine de secondes avant la répétition de Lajas de Oro (38,31 km). Le Britannique avait indiqué que cette boucle serait décisive. 

Et elle l'a été. Ogier envoyait sa Ford Fiesta en tête-à-queue près de l'arrivée tandis que Meeke signait le meilleur temps. L'avance de ce dernier doublait pour atteindre près de quarante secondes. Il renforçait ainsi sa mainmise sur l'épreuve.

Le sauvetage du rallye
Le choix est évident. Comme Meeke le confiait ensuite, la Power Stage n'était pas sa première expérience involontaire dans un champ en rallye. Néanmoins, son plongeon dans la haie à 750 mètres d'une victoire si précieuse s'avérait légèrement différent.

Pendant qu'il cherchait, désorienté, la sortie du parking de spectateurs, son avance de trente secondes fondait. Paul Nagle, son navigateur, était le premier à retrouver ses esprits et il repérait une issue leur permettant de regagner la route pour s'imposer malgré une crevaison. La victoire est sauve en dépit d'un final parmi les plus spectaculaires de l'histoire du WRC.

Vous n'y croirez pas
Les habitués du WRC apprécient le Mexique pour de nombreuses raisons : la nourriture, l'accueil chaleureux, l'atmosphère détendue après les deux premières épreuves, et l'occasion de prendre un peu le soleil pour la première fois de la saison.

Imaginez leurs têtes quand la douceur a d'abord fait place à la pluie. Et nous ne parlons pas d'averses, mais de véritables déluges. Les données météorologiques de León indiquent une moyenne de 1,3 jour de pluie en mars. Les parapluies ont été bien plus utilisés que cela.

La citation du rallye
Une fois de plus, elle revient à Meeke et à son arrivée sur la Power Stage : « Je ne savais pas si j’avais gagné en franchissant la ligne d’arrivée, mais les gens ont rapidement levé le poing et j’ai compris. Yves Matton (directeur de l’équipe) me montrera son poing pour d’autres raisons plus tard, j’en suis convaincu ! »

Photo Gallery

VIDEO

More News