Le debriefing du Mexique :
1re partie

Maintenant que la poussière du Rally Guanajuato México est retombée, l'heure est venue de balayer les moments les plus marquants...

Le pilote du rallye
Normalement, une septième place n'est pas suffisante pour s'attribuer cette distinction. Mais pour Juho Hänninen, terminer le Rallye du Mexique constitue une performance en soi. Le Finlandais a été malade tout au long de la semaine. Sa voix chevrotante le jeudi s'est détériorée en une forte fièvre jusqu'au samedi. Mais Juho a serré les dents, expliquant qu'il était concentré sur son pilotage pour oublier la douleur. Entre les spéciales, il était malade comme un chien ! S'est-il plaint ? Pas une seule fois. Chapeau !

La spéciale du rallye 
Il aurait pu s'agir du second passage dans Lajas de Oro, le samedi après-midi. C'est à ce moment que l'écart entre Kris Meeke et Sébastien Ogier s'est accru de manière significative. Mais lorsque la Citroën C3 du Britannique s'est égarée dans un parking de la Power Stage, la question ne s'est plus posée ! Ces quelques instants, diffusés à travers le monde, ont créé un buzz monumental. Le Rallye du Mexique a toujours offert des scénarios improbables, qu'il s'agisse de voir une voiture plonger dans un lac ou d'en voir une autre revenir à l'assistance grâce à un radiateur rempli de bière. Mais l'ascenseur émotionnel procuré par le final de cette édition repousse un peu plus les limites !

La surprise du rallye
Avec ses spéciales exigeantes et situées en altitude, le Mexique constituait le premier gros test de fiabilité pour les World Rally Cars 2017. Il fallait donc s'attendre à voir surgir quelques problèmes de jeunesse. Toutefois, il était surprenant de voir autant de pilotes ralentis par des soucis techniques dans El Chocolate, la première spéciale du vendredi. La surchauffe était le lot des pilotes Ford, Toyota et Hyundai, alors que la température n'était pas si forte que d'ordinaire en cette saison.

À oublier
Après un début de saison difficile, Hayden Paddon espérait mieux au Mexique. Au lieu de ça, selon ses propres mots, il reste "coincé au milieu du gué". Comme ses équipiers de Hyundai, le Néo-Zélandais a été ralenti par un problème de filtre à essence le vendredi. Une fois ce souci résolu, il devait composer avec un ordre de départ peu favorable et des réglages ne lui inspirant pas confiance. Même la pluie semblait faire partie de la conspiration : dans l'ES15, une petite tempête se déclenchait alors qu'il était sur la ligne de départ ! "Cela résume un peu ma saison jusqu'ici", ruminait-il...

Video

More News