FIA

Advertising

Les petites phrases avant
le Rallye du Mexique : Partie 1

Voici ce que les pilotes ont à dire avant le Rallye du Mexique :

Advertising

Kris Meeke : « Un top 5 serait satisfaisant »
« J’ai travaillé sur les vidéos et j’ai bien écouté les conseils de l’équipe et de Mads (Østberg). Je dois encore apprendre, mais je suis satisfait du set-up que nous avons trouvé en essais. Je vais me concentrer sur ma propre course. Je sais que je profiterai d’une bonne position de départ lors de la longue première journée. L’objectif est de marquer de gros points sur les épreuves outre-mer et un top 5 serait satisfaisant. »

Sébastien Ogier : « Je devrai faire de mon mieux le premier jour »
« Nous partirons deuxième sur la route, en sachant que les conditions s’amélioreront à chaque passage. Je suis certes mieux loti que Jari-Matti (Latvala ouvrira la route), mais moins bien que ceux qui partiront derrière moi. Je devrai donc faire de mon mieux le premier jour, de façon à ne pas obérer mes chances de victoire trop vite. »

Thierry Neuville : « Le Mexique, un rallye à part pour moi »
« C’est un rallye à part pour moi, car j’y ai obtenu de très bons résultats l’année dernière et signé le premier podium de ma carrière. J’ai piloté la Hyundai i20 WRC sur terre pour la première fois lors d’une récente séance d’essais et, en général, mes sensations avec la voiture ont été bonnes. J’ai pu couvrir un bon nombre de kilomètres et faire des ajustements de set-up pour le rallye. »

Mikko Hirvonen : « J’espère qu’on sera dans le rythme »
« Nous allons disputer de très longues spéciales, que j’aime beaucoup. Ca change, on n’en voit plus beaucoup. C’est un beau défi pour un pilote, car il faut rester très concentré. Mais, même si vous faites une erreur, vous pouvez vous rattraper. J’espère qu’on sera dans le rythme. On a disputé un bon rallye en Suède, mais on n’était pas vraiment dans le rythme. On retente notre chance. »

Robert Kubica : « Une spéciale de 50 km, ça ne m’inquiète pas »
« Cette année, nous aurons beaucoup de longues spéciales. Bien sûr, elles sont plus difficiles que les courtes, mais j’ai l’habitude de passer de longs moments dans la voiture et les courses de Formule 1 sont beaucoup plus longues que les spéciales que nous allons disputer. L’approche et le niveau d’adhérence sont différents, mais d’un point de vue physique, une spéciale de 50 km, ça ne m’inquiète pas. »

Advertising