FIA

Les performances des pilotes
au Mexique – Partie 2

Voici la fin de notre tour d’horizon des performances réalisées par les pilotes WRC au Rallye du Mexique.

Elfyn Evans (Ford Fiesta RS)
Difficile de croire qu’il ne s’agissait que de la quatrième apparition du Galois du volant d’une WRC. Pour sa première visite au Mexique, il avait pour consigne d’apprendre les routes, de boucler toutes les spéciales et de ramener sa voiture à l’arrivée. Il y est parvenu sans commettre de grosses fautes et a par la même occasion décroché la quatrième place, le meilleur résultat de sa carrière. Il occupe à présent la cinquième position au championnat. Une performance épatante – et tout ça avec le sourire !

Chris Atkinson (Hyundai i20)
En une seule matinée, Atkinson a connu autant de soucis que certains autres pilotes sur toute une saison. Toutefois il n’était responsable d’aucun de ces pépins. Il s’est battu et Neuville et lui ont atteint l’objectif fixé par Hyundai : ramener les deux voitures à l’arrivée. C’est exactement ce qu’il fallait à l’équipe, qui réalise en quelque sorte des essais publics. On se dit qu’on pourrait bien le revoir en Argentine…

Jari-Matti Latvala (Volkswagen Polo R)
Au Mexique, il était impossible pour Latvala de s’imposer en étant le premier à prendre la route, puisqu’il subissait les pires conditions. Il a toutefois limité la perte de temps et a su profiter des erreurs des autres. Il a tout fait pour ne pas se faire piéger en essayant vainement de rattraper Ogier. Plus mûr, le nouveau Latvala était heureux de marquer les points de la deuxième place dans l’optique du championnat.

Mads Østberg (Citroën DS3)
Il s’est battu contre Ogier dans la première étape et a pris la tête du rallye. Il a ensuite commis une erreur qui lui a coûté cher, samedi matin, en heurtant un talus. Suspension arrière cassée, il a été contraint à l’abandon, à peu près au même endroit qu’en 2013. Il a pourtant tenté une courageuse « réparation de Viking », mais cela n’a pas suffi. Un dénouement décevant, mais Østberg a affiché un bon rythme pour son premier rallye terre avec Citroën.

Robert Kubica (Ford Fiesta RS)
Par où commencer ? Deux tonneaux en deux jours, qui sont venus s’ajouter à deux accidents subis pendant les reconnaissances. Sans oublier plusieurs excursions dans la neige suédoise et un crash au Monte-Carlo. Tout ceci ne faisait pas partie de ses plans pour la saison. Le Polonais est rapide et il occupait la quatrième place avant son accident. Mais il va lui falloir sacrifier un peu de vitesse pour engranger l’expérience dont il a besoin. Au Portugal, il lui faudrait vraiment une course sans ennuis pour retrouver sa confiance. Son patron, Malcolm Wilson, envisage de demander à un pilote expérimenté de l’aider.

Benito Guerra (Ford Fiesta RS)
Meilleur résultat de sa carrière, sa sixième place pourrait lui permettre de bénéficier du soutien financier dont il a besoin pour aller en Argentine en mai. Il ne s’agissait que de son deuxième rallye en WRC et il a rapidement trouvé ses marques avec la Fiesta, après avoir piloté une DS3 un an plus tôt. Il a heurté un arbre dans Otatitos samedi, mais n’a pas commis d’autres fautes, pour le grand plaisir de ses fans. Il mérite de renouveler l’expérience.