FIA

Pologne – Compte à rebours :
les défis

C’est en Pologne que le championnat du monde des rallyes fera sa prochaine étape, du 26 au 29 juin. Absent du calendrier du WRC depuis cinq ans, le LOTOS Rally Poland suscite l’enthousiasme et la curiosité des concurrents.

Advertising

C’est également un rallye qui posera de nombreux défis aux équipages. Les voici :

Saut dans l’inconnue

Les quelques pilotes WRC qui ont disputé le Rallye de Pologne en 2009 ne pourront pas beaucoup se baser sur cette expérience passée. En effet, seule l’une des vingt-quatre spéciales au programme est exactement identique au format qu’elle avait il y a cinq ans. Certaines épreuves sont complètement inédites et d’autres ont subi plusieurs changements depuis leur dernière utilisation en championnat du monde. Toutes ces modifications feront de ce Rallye de Pologne un saut dans l’inconnu. Voilà qui pourrait avoir un impact non négligeable sur le classement de dimanche.

Il sera essentiel de rédiger des notes précises

Des notes précises

Les reconnaissances du Rallye de Pologne seront probablement les plus importantes de la saison. Les équipages n’étant pas familiers de ces spéciales, ils vont devoir écrire leur notes en partant de zéro. Pilotes et copilotes auront besoin de se concentrer pleinement dès le début des recos, pour pouvoir noter chaque détail du parcours.

Des routes rapides en Pologne (Photos www.rallypoland.com / Dominik Kalamus)

Un rallye rapide

L’une des rares choses que les équipages WRC savent au sujet des spéciales du Rallye de Pologne, c’est qu’elles sont rapides et spectaculaires. En 2009 la vitesse moyenne du rallye était de 112,67 km/h. Après ses essais préparatoires sur place, Jari-Matti Latvala a estimé que les spéciales tracées dans la région polonaise de la Mazurie ressemblaient à celles de la Finlande ou de l’Estonie. C’est-à-dire qu’elles sont rapides.

Les fans de Robert Kubica seront au rendez-vous sur les 10 spéciales de samedi

Une étape très intense

La journée de samedi prévoit dix spéciales, qui s’enchaineront rapidement. A partir du moment où ils quitteront le parc d’assistance de Mikolajki à 7h30 et jusqu’à leur retour à 22h15, les équipages n’auront pas de quoi s’ennuyer. S’ils rencontrent le moindre problème samedi, ils risquent de ne pas avoir le temps de le régler.

More News