FIA

Advertising

Tout est une question de temps

La semaine prochaine, quatre des spéciales du Lotos Rally Poland seront disputées en Lituanie, pays voisin de la Pologne mais ne se trouvant pas dans le même fuseau horaire.

Daniel Barritt est en charge du respect du programme d’Elfyn Evans (Ford Fiesta RS WRC)

Pour éviter toute confusion, les organisateurs du Rallye de Pologne ont décidé que l’ensemble du rallye serait disputé en horaires polonais. Le travail du copilote dans le cockpit sera malgré tout difficile, car il ne s’agit pas uniquement d’annoncer les notes et d’enregistrer les chronos sur les spéciales, il faut également s’assurer du respect drastique des horaires.

WRC.com a interrogé Daniel Barritt, copilote d'Elfyn Evans, pour mieux comprendre comment un équipage WRC s’organise pour respecter son programme.

« Le carnet de pointage dicte tout ce qu’on fait, » indique Barritt. « Au départ du rallye, les organisateurs fournissent un seul carnet de pointage à chaque concurrent et tout doit être fait aux horaires indiqués. Si vous ne le faites pas, vous avez des pénalités. »

Le programme donné par les organisateurs du rallye est très précis, mais il doit laisser suffisamment de temps aux équipages pour parcourir les liaisons.

« Si vous prenez le départ d’une spéciale à midi, il vous faudra peut-être une heure pour arriver à la suivante. Dans ce laps de temps, il vous faut définir combien de kilomètres vous devez parcourir en liaison et combien d’avance vous aurez quand vous arriverez à la spéciale suivante, » explique Barritt. « C’est un moment qui peut s’avérer utile pour changer les pneus, vérifier leur pression, contrôler les casques et réparer la voiture si nécessaire. »

Les horaires seront les mêmes en Pologne et en Lituanie

Cependant si un équipage perd du temps en rencontrant un problème dans une spéciale, il risque d’être en retard au départ de l’épreuve suivante. C’est une pression supplémentaire pour le copilote, qui doit réagir vite et de façon efficace.

Copilote depuis 1996, Barritt souligne: « La gestion du temps est déterminante. Il faut toujours être au top, comme ça si jamais quelque chose se passe mal vous retombez toujours sur vos pieds. Quand vous rencontrez des problèmes, cela signifie que vous devez rattraper votre retard et c’est une grosse pression. »

Les copilotes du M-Sport World Rally Team entament généralement leur préparation d’un rallye six semaines avant le départ, mais c’est dans les dix jours qui précèdent la première spéciale qu’ils se concentrent sur l’itinéraire et les horaires.

« Il faut avoir un programme précis avant d’aller sur le rallye, » explique Barritt. « C’est à la maison, avant le rallye, que l’on décide quand on aura suffisamment de temps pour changer les pneus. C’est aussi précis que cela. Ma stratégie est d’être en avance et de tout prévoir avant que les choses se passent. »

Video

Advertising