FIA

Advertising

Le bilan à mi-saison :
Martin Prokop

Prokop Links

Après Sébastien Ogier, Mikko Hirvonen, Kris Meeke, Thierry Neuville, Jari-Matti Latvala, Mads Ostberg, Juho Hanninen, Andreas Mikkelsen et Robert Kubica, intéressons-nous à la première moitié de saison de Martin Prokop, qui roule cette saison en Ford Fiesta RS WRC.

Pour l’instant, la saison 2014 de Martin Prokop ressemble à des montagnes russes. Le pilote de la Ford Fiesta RS WRC privée occupe pour l’instant le neuvième rang du classement général du WRC, cinq points seulement derrière le pilote officiel Elfyn Evans. Il peut se rassurer en se disant qu’il est le mieux classé des pilotes privés… ce qui n’est pas une surprise, puisqu’il a pris part à plus de rallyes que n’importe quel autre pilote privé.

La saison du pilote tchèque a très mal commencé, en raison d’une casse d’alternateur avant la deuxième spéciale du Rallye Monte-Carlo.

Il a fait un changement important avant la deuxième manche, en remplaçant son copilote Michal Ernst, qui était à ses côtés depuis le Rally Catalunya 2012, et a fait appel à Jan Tomanek. C’est son troisième changement depuis qu’il avait remplacé Tomanek par Zdenek Hruza en 2012.

Malheureusement, ce duo reconstitué n’a pas tout de suite été à la hauteurs des attentes de Martin Prokop, parti à la faute dans un mur de neige lors du Rallye de Suède, lors de la toute première spéciale. Il a refait la même chose le dimanche, si ce n’est qu’il n’y avait cette fois là personne pour l’aider à sortir de la neige.

Après deux abandons, le Tchèque s’est rassuré au Mexique en terminant à la cinquième place, malgré un tête-à-queue le dernier jour qui a failli envoyer Fiona la Fiesta sur le toit. Il a poursuivi par un rallye sans faute au Portugal, avec une sixième place finale, après avoir dépassé Thierry Neuville dans la dernière spéciale. 

Mais la chance a tourné en Argentine, là où, pourtant, il a obtenu son meilleur résultat en WRC, avec une quatrième place en 2012. Deux ans plus tard, ça ne s’est pas passé de la même manière. En dehors du top 5, il a été devancé par les Fiesta RS WRC d’Evans et Kubica. En plus, il a connu plusieurs soucis. Le samedi, il a heurté une roue à l’arrière en passant sur un pont, endommageant le différentiel pour le reste de la journée. Le dimanche, il a eu des problèmes d’amortisseurs et, ensuite, a perdu sa barre antiroulis à l’arrière. Un rallye jugé extrêmement difficile par son équipe, malgré quatre points acquis.

Mais il a su revenir plus fort en Sardaigne, où sa mauvaise place au Championnat du Monde lui a permis de profiter d’une bonne position sur la route le premier jour. Il a saisi cette opportunité, en montrant un coup de volant exceptionnel. Il s’est classé sixième au final. Malheureusement, il a été coupé dans son élan, gêné par un mal de dos lors du dernier rallye, en Pologne. Il a tout de même réussi à prendre un point. 

Le top
C’est en Sardaigne qu’il a brillé, même s’il a profité de routes balayées le premier jour. Il a montré une qualité de pilotage exceptionnelle en occupant le troisième rang général après cinq spéciales. Il a glissé au classement quand les positions de route lui ont été moins favorables mais il a tout de même réussi à conserver la sixième place.

Le flop
Le Rallye Monte-Carlo n’aurait pas pu se dérouler plus mal. Après une seule spéciale, le Tchèque a dû renoncer sur une panne électrique.

More News

Martin Prokop gallery

Advertising