FIA

Qui est votre
'Finlandais Volant' préféré ?

Flying Finns!

Qui est votre Finlandais Volant préféré ?

La Finlande a toujours produit de bons pilotes de rallyes ! Découvrez un rapide résumé de la carrière de plusieurs Finlandais qui ont marqué l'histoire du WRC.

Qui est votre 'Finlandais Volant’ préféré ?

Les pilotes qui ont affronté avec talent les routes du Rallye de Finlande, et qui l’ont emporté, ont gagné le titre mondial en fin de saison en 14 occasions. Et la Finlande est le pays qui peut compter le plus de vainqueurs.

Alors que le Rallye de Finlande s’approche (31 juillet – 3 août), nous voulions savoir quel est votre pilote de rallye finlandais préféré. Nous avons choisi six candidats, une liste non-exhaustive mais qui permet de couvrir une large période de succès en WRC. Découvrez leurs portraits ci-dessous et votez pour votre pilote préféré ci-contre.

Et si votre pilote préféré n’est pas dans cette liste, rendez-vous sur notre page Facebook pour le dire, et argumenter votre choix. Que vous partagiez votre passion, c’est ce que nous souhaitons. Mais retrouvez nos six candidats :

Markku Alen

129 départs
19 victoires
821 spéciales remportées

Il a tellement brillé avec Lancia qu’il est toujours aussi surprenant, trente ans après, qu’Alen n’ait jamais glané un titre mondial. Il a remporté, en 1978, la FIA Cup for Drivers mais ça n’a pas la même dimension.

Alen était l’un des pilotes les plus rapides de sa génération. Il était capable de maîtriser les rugissantes voitures Groupe B, domptant leur puissance en étant capable de les jeter parfaitement dans chaque virage.

Le fait qu’il ait terminé sur le podium du WRC à cinq reprises lors des sept saisons disputées avec Lancia montre toute la régularité dont il a su faire preuve. Mais il aurait pu, et aurait dû, aller chercher la couronne mondiale qui aurait été largement méritée. Son nombre de spéciales gagnées, stratosphérique, en témoigne.

Marcus Gronholm

152 départs
30 victoires
542 spéciales remportées

Grönholm est sans aucun doute l’agriculteur le plus rapide que le WRC n’ait jamais connu. Quand il ne conduisait pas un tracteur dans ses champs, il remportait des victoires et s’adjugeait des titres mondiaux, en 2000 et 2002.  

Le tandem qu’il a formé avec Peugeot s’est révélé incroyablement performant, malgré la difficulté pour le Finlandais que d’installer sa grande carcasse derrière le volant de la petite mais survitaminée 206 WRC. Il était régulièrement le plus rapide, en prenant le dessus sur d’autres pilotes de légende, tels Colin McRae, Tommi Makinen ou Carlos Sainz.

Il aurait aimé compléter sa collection de titre après avoir rejoint Ford mais un certain Sébastien Loeb a commencé à faire parler de lui…

Mikko Hirvonen

152 départs
15 victoires
258 spéciales remportées

S’il s’arrête et qu’il regarde en arrière, Mikko Hirvonen peut jeter un coup d’œil à ses statistiques et se dire qu’il a réussi sa carrière. Pourquoi ? En remportant quinze rallyes au plus fort de la domination de Sébastien Loeb sur le WRC, il a prouvé qu’il était un pilote au talent incroyable.

Sa carrière aurait évidemment pu être totalement différente sans la présence de Loeb mais le débat n’est pas là. Hirvonen n’a pas seulement bien roulé, il a aussi défié le Français, sans complexe. Lors de la magnifique saison 2009, et malgré cinq victoire du pilote Citroën en ouverture de saison, il a su remonter la pente et se présenter au départ du dernier rallye avec un point d’avance.

S’il n’a pas gagné de titres mondiaux, il a su être là quand on ne l’attendait pas, se révélant comme un pilote spectaculaire. En 2009, Sébastien Loeb a même dit de Mikko Hirvonen qu’il avait su se montrer comme le plus coriace de tous.

Juha Kankkunen

162 départs
23 victoires
700 spéciales remportées

Juha Kankkunen est sans doute le pilote finlandais qui s’est montré le plus polyvalent sans l’histoire du WRC. Il était connu pour être capable de s’installer dans une voiture et la piloter au maximum de son potentiel. Il a d’ailleurs remporté ses quatre titres mondiaux avec trois marques différentes : Peugeot, Lancia et Toyota.

Kankkunen a su montrer beaucoup de détermination tout au long de sa carrière. Il n’était là que pour une seule chose : gagner. Le fait d’avoir réalisé 700 meilleurs temps en spéciales montre à quel point il était rapide.

Il n’était pas facile de le vaincre. Mais, quand il était battu, il ne montrait pas de déception. Il sortait de sa voiture, allumait une cigarette et souriait. Un style unique, ce Kankkunen. 

Hannu Mikkola

123 départs
18 victoires
654 spéciales remportées

C’est pour lui que l’on a inventé ce terme de « Finlandais Volant ». Et c’est très facile de comprendre pourquoi. Sa pointe de vitesse a longtemps été la référence en WRC, alors que le Championnat ne manquait ni de pilotes talentueux, ni d’équipes de pointe.

Le fait qu’Audi choisisse Mikkola pour aider la firme aux anneaux à développer sa Quattro était un signe clair qu’il était le meilleur dans son domaine. Il a donné à cette voiture ses lettres de noblesse, tout en remportant son seul et unique titre avec Audi en 1983.

Mikkola a connu peu de réussite, car son talent hors-norme aurait mérité bien plus qu’un unique titre mondial. Mais il conserve un record prisé et qui sera difficile à égaler : il détient le record de victoires lors de son rallye national, qu’il a remporté à sept reprises.

Tommi Makinen

139 départs
24 victoires
362 spéciales remportées

La carrière de Makinen en tant que pilote officiel fut finalement relativement courte. Mais il a mis à profit ces neuf années pour amasser un grand nombre de victoire et s’adjuger quatre titres mondiaux.

Sa collaboration avec Mitsubishi fut des plus réussies, malgré l’émergence des World Rally Cars de nouvelle génération. Il a ainsi été titré Champion du Monde à quatre reprises, consécutivement, de 1996 à 1999. Avec une Lancer répondant à l’ancienne réglementation du groupe A, il a su se montrer, peu importe l’ancienneté des solutions adoptées sur sa monture.

Sa spécificité était qu’il cherchait la victoire sans arrêt, à tout prix, quitte à risquer l’abandon. Il a ainsi échoué avant la ligne d’arrivée lors de 40,3 % des Rallyes auxquels il a participé. S’il ne gagnait pas, il sortait.

More News