Pneus : un Monte Carlo piégeux

Le temps variable et des conditions imprévisibles font souvent du Rallye Monte-Carlo un véritable casse-tête au niveau des pneumatiques. L’édition 2017 de l’épreuve mythique devrait être fidèle à la légende.

Jari-Matti Latvala (Toyota) en est presque sûr : jamais il n’a vu auparavant autant de neige et de verglas lors des reconnaissances du Monte-Carlo. La situation est toutefois encore plus complexe puisque les routes de montagne entre Gap et Monaco offrent toutes les conditions, de la neige à l’épais verglas en passant par un asphalte sec.

Les pilotes engagés en WRC pourront utiliser 43 pneus durant le rallye en incluant le shakedown. Ils devront faire leur choix parmi 80 unités proposées : 20 pneus tendres, 24 pneus super tendres, 12 pneus neige non cloutés et 24 pneus neige cloutés.

Elfyn Evans (M-Sport) estime de son côté que les conditions les plus extrêmes attendent les concurrents vendredi et samedi, où les pneus cloutés devraient être plébiscités. 

« Les spéciales du jeudi étaient majoritairement sèches avec quelques patches verglacés, mais celles des deux jours suivants étaient principalement enneigées. Celles du dimanche étaient vraiment sèches en dépit de quelques portions verglacées. »

« Nous devrions avoir assez de pneus cloutés pour venir à bout du vendredi et du samedi, mais si le temps change avec l’arrivée de neige fraîche, les événements pourraient prendre une tournure différente dimanche. »

« Les conditions du Monte-Carlo sont très souvent piégeuses », ajoutait Sébastien Ogier (M-Sport), triple vainqueur de l’épreuve. « Mais après les reconnaissances, cette édition s’annonce parmi les plus dures ! »

« Cela semble difficile, mais nous en avons l’habitude. Au moins, le choix des pneus semble clair pour l’instant. Ce sont des conditions difficiles : certaines portions sont toutes enneigées et verglacées, d’autres pas du tout. »

Au volant de sa Citroën C3, Kris Meeke figurait parmi les nombreux pilotes à avoir préféré économiser son quota de pneus cloutés lors du shakedown : « Vous ne savez jamais ce qu’il peut se produire ici. Normalement, nous en avons assez, mais si nous les chaussons au shakedown et que l’on crève ou que l’on en abîme un, on peut faire une croix dessus et se retrouver désavantagé. »

« Lors des reconnaissances, le Turini était sec et le temps s’annonce stable pour le moment. Nous ne savons toutefois pas ce qu’il en sera dimanche. Peut-être que les conditions requerront davantage de pneus cloutés. Nous avons assurément pris la bonne décision pour préserver notre quota. »

Video

More News