FIA

Le défi
du Rallye de Suède

Le Rallye de Suède est le seul vrai rallye hivernal de l’année. Entre basses températures, neige abondante, glace et terre gelée, en plus de la gestion des pneus cloutés, les équipages ont droit à un vrai défi de taille.

Pour seule préparation, à l’issue du Rallye Monte-Carlo, les pilotes n’ont que quelques journées d’essais sur neige pour se préparer en vue du Rallye de Suède. Les plus chanceux ont pu accumuler un peu de kilométrage sur cette surface avant Noël, ou ont participé à d’autres rallyes nordiques.

Mais, comment se jouer de ces routes enneigées et glacées ? Laissons Mads Ostberg, un spécialiste des rallyes nordiques, nous expliquer comment aborder ce genre d’épreuve.

« Il faut rester très attentif à la température des pneus. Il faut savoir identifier le point de freinage idéal. C’est très important de rester dans la trajectoire sous peine de survirer. Ensuite, il faut savoir doser son accélération et y aller progressivement, afin de garder toujours sa trajectoire dans les virages. C’est comme ça que l’on arrive à garder l’adhérence maximale. Mais, en même temps, les clous peuvent aussi se retrouver dans la terre, donc il faut faire ça assez prudemment. »

« Il y a plusieurs façons de piloter. Ce que j’affectionne, c’est de jeter la voiture dans la virage pour se présenter de côté, afin de pouvoir réaccélérer très tôt », poursuit-il, rappelant le style de conduite des pilotes des circuits sur glace du Trophée Andros, par exemple. « Afin de trouver de l’adhérence dans la glace, il faut partir en dérive sur la neige au meilleur moment et accélérer très tôt dans le virage. »

Sideways in the snow - Sebastien Ogier in 2013

L’ironie du Rallye de Suède, c’est qu’il est évidemment l’évènement le plus glissant de l’année, tout en proposant l’un des parcours les plus rapides. Les vitesses élevées atteintes par les voitures sont dues aux 384 clous présents sur les pneus et qui permettent de trouver le grip en s’accrochant à la glace.

Mais le phénomène se complique quand c’est la neige fraiche qui prédomine, surtout si elle est abondante. Il est difficile de trouver de l’adhérence, car les clous s’enfoncent dans la poudreuse et ne trouvent pas de quoi s’accrocher. Le pneu glisse donc beaucoup et la voiture peine à trouver du grip, ce que la fait louvoyer au gré du dosage de l’accélération.

Pour le moment, les conditions du Rallye de Suède proposent des routes recouvertes d’une fine couche de glace et d’une couche de poudreuse.

La clé de ce rallye est donc de savoir préserver ses pneus, afin de conserver de l’adhérence pour les dernières spéciales.

Drivers 'boots' contain 384 spikes