FIA

Advertising

Ogier : « Notre course aurait pu
s'arrêter au premier virage »

Sébastien Ogier reconnait que son début de saison aurait pu se passer différemment si sa Volkswagen Polo R WRC n’avait pas reçu quelques évolutions durent l’hiver.

Si Sébastien Ogier et Julien Ingrassia semblent avoir dominé le Rallye Monte-Carlo au vu des résultats, l’histoire aurait pu être totalement différente si la Volkswagen Polo R WRC n°1 n’était pas passée au travers des conséquences d’un premier choc violent.

Dès la première spéciale, en pneus slicks, le duo français est parti tout droit dans un virage enneigé, tapant assez durement un rail de sécurité. Heureusement, le coup n’a fait qu’endommager légèrement la carrosserie au niveau de l’aile avant droite, la roue ayant tenu le choc.

Après cela, le pilote haut-alpin a su se remettre dans le sens de la marche, aligner les meilleurs temps, prendre les commandes après l’ES9 et aller chercher sa cinquième victoire consécutive en WRC.

« Nous avons eu de la chance ce week-end, il faut le reconnaitre, avance Ogier. Notre course aurait pu s’arrêter dès le premier virage. Toute la route, en liaison, était très humide. Et, dans le premier virage de la spéciale, la neige fondue nous a envoyé tout droit et on a tapé le rail. »

« Heureusement, les améliorations apportées à la voiture pendant l’hiver ont permis de renforcer tout le système de direction et de suspension. Après ça, je dois dire que c’était une très bonne idée. »

Presque tous les équipages ont été surpris par la présence de neige lors de la première matinée de compétition. Ogier, comme beaucoup, n’a pas choisi les pneus adéquats pour ces conditions hivernales. Il était alors, comme la plupart de ses rivaux en pneus Michelin slicks super soft.

« Nous avons vraiment eu du mal à récolter de bonnes informations concernant la météo le premier jour mais, heureusement, tout le monde a fait comme nous. Si quelqu’un avait chaussé quatre pneus neige, je pense qu’il aurait pu se construire une avance de cinq minutes. »

Jost Capito, directeur de Volkswagen Motorsport, reconnait que cette victoire s’est jouée à peu de choses. « Je pense que s’il avait eu le même accident avec la voiture de l’an dernier, il n’aurait sans doute pas pu continuer. »

Advertising