Avant le Mexique : 
retour sur l'édition 2017

Après un début de saison glacial en Europe, le WRC traverse l'Atlantique pour retrouver la terre et la chaleur de la troisième manche du calendrier, le Rally Guanajuato Mexico (9-11 mars). Retour sur les événements de la saison passée.

Vendredi 9 mars : Kris Meeke s’échappe 
 
Si Juho Hänninen (Toyota Yaris) prenait la tête après les deux spéciales disputées jeudi soir à Mexico, Kris Meeke (Citroën C3) devenait l’homme à battre dès que le parcours retrouvait les montagnes surplombant León. Capitalisant sur une position de départ lui assurant des routes balayées, et donc plus rapides, le Britannique prenait 20’’9 d’avance sur Sébastien Ogier (Ford Fiesta). 
 
Pour tous les concurrents, éviter la surchauffe des moteurs devenait la principale préoccupation. Présentes jusqu'ici dans le quinté de tête, les Hyundai i20 d’Hayden Paddon, de Dani Sordo et de Thierry Neuville souffraient toutes de coupures moteurs dans la dernière spéciale. Thierry Neuville terminait troisième à 35’’8 de Sébastien Ogier. Hayden Paddon lâchait 1’45’’ pour rétrograder au septième rang tandis que Dani Sordo perdait plusieurs minutes. 
 
Juho Hänninen en profitait pour se placer à 30’’6 du podium devant Ott Tänak (Ford Fiesta), cinquième malgré une surchauffe, Stéphane Lefebvre (Citroën C3) et Hayden Paddon. Leader du championnat, Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) terminait la journée en huitième position après des problèmes de différentiel et de freins s’ajoutant à ceux rencontrés par son moteur.

L'offensive de Sébastien Ogier s'est arrêtée samedi.

Samedi 10 mars : un pas vers la victoire
 
S’il ne remportait qu’une seule des neuf spéciales du jour, Kris Meeke marquait les esprits en plaçant son attaque dans la cinquième spéciale du jour avant de terminer la journée avec 30’’9 d'avance sur Sébastien Ogier. En parallèle, le Français fautait et voyait son retard doubler.

Une nouvelle frayeur dans une épingle sonnait le glas de ses espoirs de victoire malgré deux scratches et un écart porté à 39’’6 sur Thierry Neuville, également vainqueur d’une spéciale. Quatrième, Ott Tänak semblait manquer de confiance en sa voiture tout en parvenant à contenir Hayden Paddon. Jari-Matti Latvala ravissait la sixième place à son équipier Juho Hänninen une fois Stéphane Lefebvre parti à la faute.
 
Dimanche 11 mars : une arrivée rocambolesque
 
Grâce à son avance supérieure à la demi-minute au départ de la Power Stage, Kris Meeke semblait quasiment assuré de signer son quatrième succès en mondial. Las, dans le tout dernier kilomètre de l’épreuve, le Britannique commettait une erreur et faisait plonger sa Citroën C3 dans un parking.
 
Désorienté, Kris Meeke slalomait entre les véhicules pour trouver un moyen de retrouver la route. Il repérait finalement un trou dans une haie pour rallier l’arrivée malgré une crevaison et un ruban de sécurité accroché à sa voiture. Malgré cela, le chronomètre était formel : Kris Meeke s’imposait avec 13’’8 d’avance sur Sébastien Ogier. Si le premier mettait un terme à un début de saison décevant pour son équipe et lui, le second s’emparait des commandes du championnat.
 
À 45''9 du nouveau leader, Thierry Neuville complétait le podium et s’offrait un maximum de points bonus en signant le meilleur temps de la Power Stage. Quatrième, Ott Tänak précédait Hayden Paddon de plus d’une minute. Jari-Matti Latvala et Juho Hänninen suivaient.

More News