FIA

Advertising

La performance des pilotes
en Suède – Partie 2

Voici la seconde partie de notre tour d’horizon des performances des pilotes sur le Rallye de Suède, disputé la semaine dernière.

Kris Meeke (Citroën DS3)

Pour son premier véritable rallye neige, le Nord-Irlandais a fait preuve de maturité. Il a pris ses marques avec la neige et les pneus cloutés, avant de se hisser dans le classement. Alors qu’il semblait à l’aise à la sixième place, il a encastré l’avant de sa voiture dans un mur de neige, au matin de la dernière étape. Il a fallu sept minutes pour dégager la DS3 et sa sixième position s’est transformée en dixième. Il aurait mérité mieux.

Juho Hänninen (Hyundai i20)

Hyundai réalise des essais grandeur nature et aurait besoin que ses pilotes évitent les erreurs. Pourtant, au même titre que Thierry Neuville, Hänninen a abandonné au cours de la deuxième étape en endommageant une suspension dans un choc contre une pierre. Il occupait alors la sixième position et son rythme n’était pas éloigné de celui de Neuville au cours de la première étape. Quand le reverra-t-on ? La rumeur dit qu’il pourrait être de retour au Portugal.

Mads Østberg (Citroën DS3)

Mads a connu tout le spectre des émotions. Durant la majeure partie de la première étape, disputée entre la Suède et la Norvège, c’est le manque de confiance qui prévalait, Mads se disant insatisfait de ses réglages. Les changements opérés lui ont permis de reprendre du poil de la bête et de se plonger dans la bagarre pour la troisième place, contre Hirvonen et Tänak. Il a signé son quatrième podium suédois, a remporté la Power Stage et s’est hissé au troisième rang du championnat Pilotes. C’est plutôt impressionnant pour son premier rallye neige au volant de la DS3. 

Elfyn Evans (Ford Fiesta RS)
Débutant sur la neige, il a énormément appris. Il a testé ses limites et s’est illustré par quelques tête-à-queue, mais il occupait une belle neuvième place jusqu’à la dernière spéciale. La dernière leçon aura été la plus violente, puisque la Fiesta du Gallois a fini sur le flanc dans un virage. Game over. Il n’en reste pas moins qu’il s’agissait pour lui de gagner en expérience et qu’il a effectivement parcouru beaucoup de kilomètres. Il sera heureux de laisser derrière lui la météo hivernale du Monte-Carlo et de la Suède pour retrouver la terre, au Mexique.

Andreas Mikkelsen (Volkswagen Polo R)
Le Norvégien s’est révélé, tant par sa vitesse que par la concentration qu’il a affichée. Il a lancé les hostilités en remportant la première spéciale et a repris la tête lorsque Sébastien Ogier est sorti de la route. Dans un premier temps, Latvala a eu du mal à menacer sa position de leader, mais quelques erreurs ont éloigné ses espoirs de victoire. Son premier podium est tout de même bien mérité. Il fait partie des deux pilotes à qui l’on pourrait attribuer un prix spécial pour la qualité de sa course.

Ott Tänak (Ford Fiesta RS)

L’autre prétendant à ce prix s’appelle Ott Tänak. Après une saison 2012 difficile lui ayant fait perdre son poste chez M-Sport, il a été absent du WRC durant plus de douze mois. Ce Rallye de Suède lui a valu sa cinquième victoire de spéciale au volant d’une WRC et la vitesse qu’il a affichée au cours de la première étape a surpris tout le monde, à commencer par lui. Il a, certes, connu quelques problèmes de notes durant la deuxième étape, mais il se satisfait de sa cinquième place. Hors de la voiture, il s’est fait des amis en se montrant plus bavard et plus souriant que par le passé. Bon retour parmi nous, Ott !

Martin Prokop (Ford Fiesta RS)
Rude week-end pour le sympathique pilote tchèque. Il s’est encastré dans un mur de neige dès la première spéciale disputée jeudi. Cela lui a valu bien malgré lui une séquence cocasse puisque, en redémarrant, il a trainé dans son sillage deux fans resté agrippés aux sangles installées pour dégager la Fiesta. Il a connu une autre sortie de route au matin de la dernière étape, mais il n’y avait cette fois personne pour l’aider à se remettre sur la route. Sa saison ne peut que s’améliorer.