FIA

Advertising

Avant l’Allemagne :
Le défi

En tant que première manche purement asphalte de la saison, l’ADAC Rallye Deutschland (21-24 août) imposera de nouveaux défis aux pilotes, d’autant plus qu’il s’agira pour certains d’une première épreuve sur bitume avec leur voiture actuelle.

Advertising

Quels sont les principaux défis qu’ils devront affronter durant ces trois jours de compétition ?

Hinkelsteins

Une source de renom indique que "hinkelstein" serait le terme employé pour "menhir" – ou "pierre levée" – dans le dialecte local de la Hesse depuis qu’un menhir a été découvert en 1866 à Monsheim, au sud de l’Allemagne. Quel est le rapport avec une manche du Championnat du monde des rallyes FIA ?

Tout simplement, les hinkelsteins sont d’énormes blocs de pierre enfouis dans le sol au bord des routes. Ces blocs servant à retenir les tanks sur les pistes d’entrainement, on les retrouve sur le camp militaire de Baumholder, où seront disputées samedi quatre spéciales. Si une voiture un tantinet rebelle décidait d’affronter un hinkelstein pendant le rallye… il n’y aurait qu’un seul vainqueur.

Peu de pilotes n’ont pas immédiatement été contraints à l’abandon après un choc contre un hinkelstein.

Baumholder

Utilisé par la US Army, ce camp d’entrainement militaire a été décrit par le passé comme étant "le Safari Rally sur asphalte". Ce terrain n’est peut-être pas aussi cassant que celui du Kenya, mais ces spéciales représentent probablement les épreuves asphalte les plus difficiles de la saison.

Les routes larges et fluides contrastent avec les petits pavés et le bitume rugueux que l’on y trouve. Une fine couche de sable rend les conditions glissantes par temps sec, piégeuses en cas d’humidité. Et tout ceci alors que les pilotes ont les fameux hinkelsteins dans un coin de leur tête.

Vignobles

On trouve dans les vignobles de la Moselle certaines des meilleures grappes de raisin d’Allemagne, mais également les plus belles routes de rallye du pays.

Extrêmement étroites et rapides, entrecoupées d’improbables épingles serrées, elles grimpent et descendent au gré des collines.

Les vignes bordent souvent les routes, ce qui réduit la visibilité à l’entrée et à la sortie des virages. Peu de pilotes n’ont pas d’anecdotes à raconter sur une excursion au beau milieu des grappes de Riesling.

La météo

La météo pourrait également jouer un rôle-clé. En cette fin août, le mercure pourrait dépasser les 30°C, mais on pourrait également connaître de fortes averses. Le plus difficile, c’est d’avoir des conditions mixtes, car l’adhérence est notoirement difficile à évaluer lorsque le sol s’assèche. Or les étroites routes tracées dans les vignobles n’offrent que peu de marge d’erreur.

Video

More News

Advertising