FIA

Dans le rétro :
Argentine 2013

On dit que les habitudes ont la vie dure. C’est un peu ce qu’il s’est passé l’an dernier en Argentine.

Advertising

Le battage médiatique autour de l’événement était bien compréhensible. Sébastien Ogier était leader du Championnat, après avoir remporté les trois précédentes manches du Championnat du Monde. Il était donc en excellente forme. Sébastien Loeb était de retour au volant de la DS3 WRC après trois mois d’arrêt. Son programme partiel n’incluait ni le Mexique ni le Portugal, et c’est donc en Argentine que l’on allait pouvoir assister à l’une des dernières bagarres Loeb – Ogier, avant le départ du pilote neuf fois Champion du Monde vers le WTCC. Jusque-là, leur duel 2013 était vain, avec une victoire de Loeb au Monte-Carlo et un succès d’Ogier en Suède, à chaque fois l’un devant l’autre.

La question était de savoir si Loeb, après cette coupure, n’était pas à court de forme, face à un adversaire en totale réussite. Ou alors avait-il encore assez de jus pour aller chercher un huitième sacre sur la terre où Citroën a brillé les années passées ?

Les premiers instants de cette bagarre ne donnent pas raison à Loeb. Son ancien coéquipier chez Citroën est le plus rapide dans l’étape 1, s’offre le scratch dans toutes les spéciales et se construit une avance de plus de quinze secondes. 

Mais Loeb ne panique pas et garde son style de pilotage propre, impeccable, rapide et sans risque. Alors qu’Ogier éprouve des difficultés en ouvrant la route, son aîné lui reprendre quarante secondes et s’installe en tête du classement de l’épreuve.

La chance d’Ogier l’abandonne définitivement quand il perd de précieuses secondes en crevant, ce qui le prive d’espoir de victoire. Il est repoussé à 39 secondes de Loeb.

Le troisième jour, il sait que tout est perdu pour la victoire, et ne veut pas tout risquer pour une hypothétique victoire. Il préfère alors sagement rouler pour assurer des points qui lui serviront dans la quête de titres.

Loeb continue lui d’épater le public par son style inimitable, tout en puissance et en précision. C’est ainsi qu’il va chercher la 78e victoire de sa carrière en RC, la dernière à ce jour.

Gagner un rallye WRC, une vieille et longue habitude pour Loeb

Video