FIA

Les performances des pilotes
au Portugal – Partie 1

Passons en revue les performances des pilotes WRC à l’occasion du Rallye du Portugal, disputé le week-end dernier.

Sébastien Ogier (Volkswagen Polo R)
La bonne nouvelle pour ses adversaires, c’est qu’Ogier a prouvé qu’il était un être humain. Son choix de pneus durs vendredi après-midi était une erreur et il a fini la journée en troisième position. La mauvaise nouvelle, c’est qu’il s’est avéré intouchable samedi après-midi. Alors chaussé de gommes tendres qu’il avait économisées la veille, il a repris 36” à Mikko Hirvonen. Par conséquent, dimanche il a pu adopter un rythme de croisière. Tout simplement éblouissant.

Kris Meeke (Citroën DS3)
Encore un abandon suite à une sortie de route. Pour ses débuts au Portugal, Meeke n’a pas été aidé par le dégluge sous lequel se sont disputées les reconnaissances. Le fait que l’accident se soit produit au même endroit que celui d’Elfyn Evans, et alors que son copilote Paul Nagle l’avait averti qu’ils approchaient du « virage d’Evans », est encore plus décevant. La pression monte avant l’Argentine…

Mikko Hirvonen (Ford Fiesta RS)
Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas vu Hirvonen à pareille fête. Trop longtemps. Il a mené la course vendredi et, même s’il n’a pas pu faire vaciller Ogier (aucune honte à cela), cette deuxième place est une récompense pour les gros progrès accomplis dans son pilotage. S’il peut continuer sur sa lancée et afficher la régularité à laquelle il nous avait habitués aux avant-postes, alors les quatre prochains rallyes terre pourraient le faire remonter au championnat.

Thierry Neuville (Hyundai i20)
Un week-end un peu mitigé pour le Belge. En proie à du sous-virage vendredi matin, il a effectué des changements de set-up qui ont conduit à une victoire de spéciale et l’ont fait grimper jusqu’au top 6. Avec une suspension endommagée le troisième jour et un arbre de transmission cassé sur la dernière spéciale, il a fait le yoyo dans le classement. Il méritait probablement mieux que la septième place, mais cette victoire de spéciale va probablement l’encourager.

Ott Tänak (Ford Fiesta RS)
La Suède avait déjà permis à Tänak de donner toutes les preuves de sa vitesse. Deuxième après la première journée de course, il était encore sur le podium provisoire jusqu’à sortir de la route à l’endroit même où Jari-Matti Latvala était parti en tonneaux il y a cinq ans. Ott ayant au préalable dit à son copilote, Raigo Mölder, qu’il annonçait parfois les notes légèrement en retard, il estime que cela a joué un rôle dans cet accident. Imaginons ce qu’ils vont pouvoir faire lorsqu’ils auront perfectionné leur association !