Teaser Image

Timo Salonen

Présentation du pilote

La carriére en quelques mots

Info

Nationalité:  FIN
Date de naissance: 08.10.1951
Âge: 65
Victoires en rallye: 11

Timo Salonen a hérité du surnom de Loysa, « en vrac » en finnois. Rien à voir toutefois avec son physique rondouillard, mal à l’aise lors d’interviews, ni son penchant pour les cigarettes. Salonen tenait plutôt ce surnom de son attitude décontractée, notamment à l’origine de la décision de Peugeot de le recruter et de le sortir de l’ombre pour la campagne 1985 avec sa puissante 205 T16.

Si Salonen fait ses preuves grâce à des victoires au Canada (1977), en Nouvelle-Zélande (1980) ou en Côte d’Ivoire (1981), le Finlandais est cantonné aux rôles modestes en raison de programmes partiels avec Datsun.

La situation change en 1984. Alors qu’il est à l’hôpital après une opération du dos, Jean Todt, le directeur de Peugeot Sport, l’appelle pour lui offrir la chance de sa vie. La marque au Lion voulait un pilote solide pour soutenir Ari Vatanen, dont l’attitude créait le besoin de s’appuyer sur un solide numéro deux pour obtenir le titre des constructeurs.

Après deux manches, Vatanen mène le classement de 16 points, mais Salonen reste convaincu qu’il peut dominer son jeune compatriote. Notamment lorsque Peugeot modifie la direction de sa 205 pour la rendre moins lourde… Sur ordre de Salonen !

Vainqueur au Portugal, en Grèce et en Nouvelle-Zélande, Salonen prend la tête du championnat tandis que Vatanen sort de la route en Argentine, restant dans un état critique. Dans des conditions difficiles, Salonen s’impose pour la première fois au Rallye des 1000 Lacs et devient Champion du Monde.

Pour conserver son titre, il obtient deux nouvelles victoires, mais de nombreux abandons le condamnent à une troisième place au classement de la saison 1986. Il rejoint ensuite Mazda, puis Mitsubishi deux ans plus tard.

Et du jour au lendemain, Salonen a dit stop, à l’exception d’une apparition au Rallye de Finlande 2002. Il s’est alors classé 14e avec une Peugeot 206 WRC.

Instead Salonen was known as Loysa because of his relaxed demeanour, which played a huge part in Peugeot’s decision to sign him from relative obscurity for its WRC attack in 1985 with its mighty 205 T16.

While Salonen had a proven record thanks to wins in Canada (1977), New Zealand (1980) and Ivory Coast (1981), he was never anything more than a bit-part player in the WRC, landing limited campaigns each season with Datsun.

That changed in 1984 when, lying in a hospital bed following back surgery, a phone call from Peugeot chief Jean Todt offered him the opportunity of a lifetime.

The French firm wanted a steady pair of hands to support Ari Vatanen, whose sometimes wayward tendencies meant a solid number two was essential for its championship bid.

While Vatanen led the drivers’ standings by 16 points after two rounds, Salonen was convinced he could outpace his younger countryman, particularly when Peugeot made the 205’s steering a less heavy at Salonen’s behest.

After winning in Portugal, Greece and New Zealand, Salonen was ahead when Vatanen suffered a huge crash in Argentina, which left him with life-threatening injuries. Salonen won in trying circumstances and by claiming his maiden 1000 Lakes Rally victory he became champion.

His title defence in 1986 netted two victories but a plethora of retirements meant he had to settle for third.

A move to Mazda in 1987 was followed by two years at Mitsubishi before Salonen called it a day, apart from a one-off return in Finland in 2002 when he drove a Peugeot 206 WRC to 14th overall.

WRC+

Rallye Monte-Carlo

Social media