Teaser Image

Carlos Sainz

Présentation du pilote

La carriére en quelques mots

Info

Nationalité:  ESP
Date de naissance: 12.04.1962
Âge: 55
Victoires en rallye: 26

Avant même sa carrière en rallyes, Carlos Sainz était un sportif confirmé. A la recherche d’un sport de prédilection, et malgré un niveau national en squash et des essais au Real Madrid, il choisissait de se tourner vers le sport automobile.

196 rallyes et 18 saisons plus tard, peu de personnes ont oublié la toute première apparition de l’Espagnol en WRC. En 1987, à 24 ans, il amène sa Ford à Estoril pour la première spéciale du Rallye du Portugal, et l’emporte !

Il abandonne toutefois avant l’arrivée, puis quitte Ford un an plus tard pour rejoindre Toyota qui lui offre un premier contrat professionnel. Sainz termine sa première saison complète avec trois podiums, un prélude de ce qui allait se passer en 1990.

Sainz obtient sa première victoire en WRC en Grèce avant trois nouveaux succès et un premier titre mondial. En plus d’être le meilleur au monde, Sainz devient la même année le premier pilote non-Scandinave à remporter le Rallye des 1000 Lacs. Le tout avec une cheville cassée, témoignage de son courage, de son talent et de son engagement.

Cinq victoires supplémentaires au volant de la Celica s’ajoutent à son palmarès en 1991, mais le titre lui échappe. Ce n’est que partie remise puisqu’il devient double Champion du Monde l’année suivante avec quatre victoires au volant de la nouvelle Celica Turbo 4WD.

Il quitte Toyota pour l’équipe Jolly Club Lancia puis Subaru, avant de revenir sur la nouvelle Corolla WRC du TTE. Il s’offre de nouveaux succès et passe près du titre avec l’Impreza, mais semble plus heureux avec une Toyota. Hélas, la casse moteur de sa Corolla WRC à quelques encablures de l’arrivée de la dernière spéciale du Rallye de Grande-Bretagne le prive du titre en 1998.

Quand Toyota cesse son activité rallye après la saison 1999, Sainz retourne chez Ford pour s’offrir deux nouvelles victoires avec la Focus. Parti chez Citroën, il s’offre de nouveaux lauriers, dont une 26e victoire au Rallye d’Argentine 2004, un record à l’époque.

Si le savoir est synonyme de pouvoir, alors le règne d’ « El Matador » doit éclipser les deux titres récoltés dans sa carrière. La soif insatiable de l’Espagnol pour le réglage parfait ou le meilleur choix de pneus l’a distingué de ses contemporains.

Sainz’s career spanned 196 rallies and 18 seasons but few will forget his first WRC stage in 1987. Aged 24, he nosed his Ford into Estoril, the opening stage of Rally Portugal - and won it!

He retired from the event and departed Ford at the end of the following season, bound for Toyota and his first professional contract. Sainz ended his first year there with three podiums - a hint of what was to follow in 1990.

His maiden WRC win came in Greece and he backed that up with three more and his first world title. Beyond being the best in the world, one of Sainz’s personal highlights came that year when he became the first non-Scandinavian to win the 1000 Lakes Rally in Finland. That he did so with a broken ankle was testament to his bravery, skill and commitment.

Five more wins in the Celica followed in 1991, but the title eluded him. However, it would be his once more the following season when he collected four victories in the new shape Celica Turbo 4WD.

He departed Toyota and drove for the Jolly Club Lancia team and Subaru before returning to pilot TTE’s all-new Corolla WRC. He enjoyed wins and came close to a title with the Impreza, but he was always happiest in a Toyota.
He came heartbreakingly close to the 1998 title in Britain, only for his Corolla’s engine to fail at the end of the last stage.

When Toyota quit at the end of 1999, Sainz returned to Ford and won twice in a Focus. After that, it was Citroen for another brace of victories and his success in Argentina in 2004 was his 26th win, making him the most successful driver of all at the time.

If knowledge is power, then ‘El Matador’s’ reign should dwarf the two titles he left the sport with. The Spaniard’s thirst for the right set-up or the perfect tyre compound was unquenchable and set him apart from his contemporaries.

WRC+

Wales Rally GB

Social media